Review ASG CZ805 A1 BREN, le SCAR venu de l’est !

 

25 mars 2017

 

Il y a quelques mois, toute l’équipe de Powergun me proposait de vous faire découvrir le tout nouveau CZ805 BREN vendu sous licence par ASG et fabriqué par King Arms (nouvellement installé à Taiwan !).

ASG a été assez actif sur la licence CZ et je m’attendais à une réplique au moins aussi bonne que le Scorpion EVO 3 sorti il y a déjà quelques années. Malgré le fait que le géant danois ait décidé de ne pas proposer de version équipée d’un MOSFET, la réplique ne semblait d’être bâclée pour autant.

Voyons enfin de quoi est fait ce CZ805 BREN, c’est parti pour la review du modèle A1, le plus long des deux proposés !

 

Pour les retardataires, une présentation sommaire en vidéo :

 

 

Tout tout tout, vous saurez tout sur le Ziz… euh, sur le CZ805 ICI !

 

 

Ce CZ805 est classé dans la gamme “proline”, fabriqué par King Arms pour ASG (qui a payé pour ça très très cher ^^). la réplique est livrée dans une boite en carton dans laquelle on retrouve un gros bloc de mousse dure qui retient la réplique et ses accessoires.

La boite contient :

-La réplique, en polymère et alliage, elle pèse 3200 grammes et mesure 87,5 à 93 cm.

-Un chargeur Hi-cap pouvant contenir jusqu’à 550 BBs.

-Un manuel très succinct.

-C’est tout ! A vous d’acheter billes, batteries, tiges de nettoyage et autres accessoires !

 

Il s’agit ici de la version A1 en beige, il existe également en version “courte” A2 et en noir. Pas mal de gens considèrent que le Cz805 est le “SCAR tchèque”, en raison du fait que l’appel d’offre comprenait également le fusil d’assaut belge.

 

Le receveur supérieur est en alliage peint alors que le receveur inférieur est constitué de nylon fibré.

 

La crosse, également en nylon fibré, peut être repliée du côté droit du corps pour gagner de la place.

 

Les marquages sont fidèles au vrai Cz805. Ils sont de très bonne qualité.

Un numéro de série propre à chaque réplique semble frappé sur le côté gauche du receveur supérieur.

 

Les marquages légaux pour la distribution en Europe sont moulés sur le puits de chargeur.

 

Le sélecteur de tir en métal dispose de trois positions. Il est ambidextre comme sur la plupart des fusils d’assaut modernes. Ses crans sont bien marqués. A l’origine ASG souhaitait proposer un BREN équipé de l’ASCU et ajouter une position “burst 2 coups” au sélecteur, mais ça ne s’est pas fait…

 

On distingue ici le faux arrêtoir de culasse ainsi que le loquet de rétention du chargeur, qui est ambidextre.

La poignée pistolet est assez fine pour un AEG. Même les petites mains peuvent en faire le tour.

A son extrémité, on retrouve une vis de maintien et une vis de réglage moteur.

 

J’y reviendrai plus tard mais le levier d’armement peut être changé de côté. Lorsqu’on le tire vers l’arrière, on découvre la roue de réglage du hop-up.

 

L’accès n’est pas facile si vous avez de gros doigts ou si vous portez des gants.

 

Heureusement on peut y accéder via le puits de chargeur.

 

J’en parlais plus haut, la crosse peut être pliée sur le côté. Le bouton de verrouillage est en plastique mais il est massif et solide. Mon exemplaire ne souffre d’aucun jeu à ce niveau.

ATTENTION : Un utilisateur m’a rapporté une casse alors que sa réplique était simplement posée contre un mur et est tombée sur de la mousse et de l’herbe haute.

 

La crosse dispose d’un design assez particulier et il n’y a pas d’amorti en caoutchouc au niveau de la plaque de couche. Il n’y a d’ailleurs pas de plaque de couche 🙂

Un appui-joue réglable y prend place.

 

Cinq positions vous permettent d’ajuster la crosse à votre morphologie.

 

L’appui-joue peut être également avancé et reculé sur des crans. Il est également possible de le changer de côté pour nos amis gauchers.

 

Qui dit arme moderne, dit rails Picatinny pour pouvoir équiper le fusil comme un porte-avions ! Deux rails latéraux en métal sont fixés au receveur supérieur.

 

Un rail inférieur permet l’adjonction de poignées, lampes etc.

 

Et bien entendu la totalité de la partie supérieure est munie d’un rail usiné dans le receveur. Les emplacements sont repérés par des chiffres.

 

Le Cz805 est également équipé d’anneaux de sangles ambidextres à l’arrière…

 

… et à l’avant !

 

Restons à l’avant de la réplique, avec ces marquages de calibre sur le bloc d’emprunt des gaz.

 

Le canon externe se termine par un cache-flamme en acier au look spécifique . Notez le tenon de baïonnette situé sous le bloc d’emprunt des gaz.

 

Le cache-flamme est un modèle en 14mm antihoraire.

 

 

 

Les organes de visée en plastique sont des modèles escamotables.

Le guidon peut être ajusté en hauteur.

Quant à la hausse, elle est équipée de deux œilletons de taille différente et peut être ajustée en dérive.

 

Leur finition n’est pas exceptionnelle mais la prise de visée est simple et efficace.

 

 

Le chargeur ressemble vaguement à un modèle pour G36. La réplique est d’ailleurs compatible avec la plupart des marques du marché tant qu’ils sont au standard Marui. Les chargeurs ARES ne sont par conséquent pas compatibles.

C’est un modèle Hi-cap qui peut contenir jusqu’à 550 billes.

On peut ici voir les marquages du calibre réel et la molette permettant de faire remonter les billes.

La trappe de chargement en billes.

Ici en compagnie d’un chargeur de G36 de marque “MAG”.

ASG a sorti début 2017 un puits de chargement spécifique aux chargeurs STANAG (type M4 et autres). La pièce vaut dans les 20-25€

 

Les fonctions ambidextres sont conservées, mais la plupart des chargeurs en ma possession ont tout de même pas mal de jeu . Sur le terrain il m’arrive de devoir tenir la réplique par le chargeur pour que les billes montent correctement. Il faudra certainement que vous mettiez une épaisseur de scotch dans le puits pour effacer le jeu selon la marque de vos chargeurs.

 

 

Attention lors du démontage de la crosse, il y a un bouton en plastique qui sert à n’enlever que l’arrière. Sans doute y aura-t-il un jour un adaptateur de tube pour monter des crosses compatibles M4.

Sur ma réplique il y a un léger jeu à ce niveau.

 

Mais pour accéder au changement de ressort, au compartiment de batterie et à la suite du démontage, il faudra enlever la goupille arrière et faire glisser le support de crosse vers le bas.

 

La batterie vient se glisser au dessus de la gearbox. Ici on peut également voir la vis de blocage du guide de ressort CQ (quick change).

Pour ôter le canon externe, et donc accéder au canon interne et au hop-up, il faut préalablement retirer la goupille de démontage avant.

 

Enlever ces trois vis de chaque côté permet de commencer à dégager le canon externe du receveur supérieur.

 

Il faut maintenant ôter la plaque attache sangle à l’avant de la réplique.

 

On peut enfin retirer l’ensemble canon interne/externe, on peut dire qu’il est vraiment bien maintenu !

On peut constater que le système d’emprunt des gaz est représenté.

 

Et on peut désormais sortir l’ensemble canon/hop-up…

 

…puis démonter le tout. Le joint est relativement souple, ce qui présage des résultats de tir qui devraient tenir la route.

 

Le canon en laiton mesure 375mm et fait 6.05mm de diamètre.

 

Si vous souhaitez changer le levier d’armement de côté, c’est très rapide.

 

Glissez une petite clé 6 pans dans la fente opposée et dévissez le levier. Puis vissez-le du côté opposé.

 

Pour accéder à la gearbox, retirons le receveur inférieur du receveur supérieur.

 

Notez le nozzle très long, guidé par un rail solidaire du receveur inférieur.

 

ATTENTION : ne vous trompez pas de goupille lorsque vous démontez le puits de chargement, il ne faut PAS chasser la goupille marquée par la flèche jaune.

 

Au cas où vous feriez cette erreur, voici la position du ressort dans son emplacement.

 

Faites glisser le puits de chargement vers le bas pour le désolidariser du receveur inférieur.

 

Ici on peut voir comment est attaché le faux arrêtoir de culasse.

 

Au vu de l’architecture de la poignée pistolet, il semblerait que l’on puisse changer le backstrap, mais je n’ai aucune information concernant le fait qu’ASG sorte un jour de nouvelles pièces.

 

Ici la vis de maintien du moteur, et juste derrière la vis de réglage.

 

L’étape suivante n’est pas obligatoire mais je ne l’ai vu qu’après. Si vous en ressentez le besoin, démontez le sélecteur de tir. En fait, il suffit de faire délicatement passer le cran du sélecteur au dessus du selector plate pour retirer la gearbox.

 

Attention à ne perdre ni la bille ni le ressort si vous démontez !

Sinon vous pouvez faire sortir la gearbox par le haut en étant prudent car le sélecteur côté gauche est relié au selector plate. Ici on peut également voir que l’axe qui relie les deux côtés du sélecteur est tombé tout seul…

 

Cet axe permet de synchroniser les deux leviers.

 

Et voici la gearbox V3 qui équipe le CZ805 !

 

Ici une photo avec la position de l’axe du sélecteur de tir, voyez comme il vient s’insérer dans la queue de détente.

 

Aucune indication de caractéristiques sur le moteur, et on peut voir que les fils sont directement soudés sur les cosses moteur. Pas très pratique si vous souhaitez en changer…

 

Avant d’ouvrir la gearbox mieux vaut ôter le ressort, ça évite les projections intempestives de pièces en tout genre ! La vis qui bloque le guide de ressort est montée au frein filet.

 

Un quart de tour et voilà !

Le guide de ressort est monté sur roulement.

Enlevons la protection de l’engrenage…

 

Puis la plaque et les passe-câbles.

Une fois les vis de la gearbox enlevées, on peut séparer les deux demi coques et voir ce qui se cache dans les entrailles du CZ805. Le calage était bien fait, c’est déjà ça !

 

ATTENTION, la queue de détente a tendance à sauter de son emplacement, c’est assez pénible lors du remontage de la gearbox.

 

Les engrenages King Arms en acier fritté sont bien finis et ont l’air assez solides.

 

Ils sont montés sur roulements.

L’ensemble est correctement lubrifié, on est loin des pâtés de graisse verte des Cyma and co !

Pas de contacteur de détente sur ce modèle, un simple chariot classique déclenche le tir. ASG avait prévu de monter le même interne que sur le Scorpion Evo3 mais le prix de la réplique aurait été encore plus élevé…

 

Le piston et la tête de piston sont en polymère. Seule la première dent de la crémaillère est en acier donc attention aux cadences infernales !

Le cylindre est en laiton, l’étanchéité d’origine était affreuse sur mon exemplaire, j’ai dû retendre le joint de la tête de piston pour que le test de la seringue soit potable.

 

Le nozzle fait 34mm de long.

On me demande souvent comment “synchroniser les engrenages” lors du remontage. En fait il n’y a rien à synchroniser car le cycle se fera tout seul, mais j’aime bien faire toucher le delayer sur le tapet plate au moins je suis sûr de toujours avoir un engrenage dont les dents ne viennent pas toucher au piston et rendre le remontage trop fastidieux.

 

Au remontage prenez garde à ne pas décaler les dents du sélecteur sinon vos leviers ne seront plus synchronisés… Il faut avouer que replacer la gearbox tout en faisant passer l’axe de sélecteur dans la queue de détente… ne détend pas 🙂

 

Il n’y a pas d’éclaté dans la boite.

 

-Chronographe Xcortech X3500

-Billes 0.20g bio G&G et 0.28g bio G&G

-Batterie LiPo 7.4V 1600mAh et 11.1V 1300mAh

Et bien ça tape “fort” en sortie de boite ! 405 FPS de moyenne mais bien entendu le changement de ressort rapide vous sauvera la vie si vous devez vous déplacer sur un terrain sur lequel l’emploi du full auto est limité à 350 FPS ou que vous voulez faire du CQB.

Le hop-up fait bien son travail et j’ai même dû utiliser des billes assez lourdes pour ne pas aller chatouiller la Lune !

Les trajectoires sont régulières lorsque le tireur est sobre, et toucher un adversaire jusqu’à 45-50m n’est pas un problème avec le BREN.

 

Je vous laisse voir ça en vidéo :

 

 

J’ai vu pas mal de joueurs râler parce qu’ASG a finalement abandonné l’idée de mettre une gearbox similaire à celle du Scorpion EVO, mais qui en même temps trouvent la réplique chère.

ASG ne s’est pas contenté de prendre une réplique “sur étagère” comme c’est parfois le cas (ce que certains appellent “repack”) mais à dû créer les moules à partir des plans fournis par Cz donc on pouvait s’attendre à une réplique “chère” d’origine, et donc encore plus chère si les fonctionnalités du Scorpion avaient été implémentées.

J’ai écris “chère” entre guillemets car à mon sens, comparé à certaines autres répliques du marché moins bien finies et plus chères, le BREN s’en sort plutôt bien.

J’avoue avoir été agréablement surpris par le travail fourni par King Arms sur ce modèle facile à prendre en mains, personnalisable à souhait et efficace en jeu !

J’avoue également avoir été un peu déçu du jeu important des chargeurs STANAG dans la pièce optionnelle proposée par ASG. J’espère que les danois nous proposeront assez vite des chargeurs mid-cap. En attendant vous pouvez vous rabattre sur des chargeurs de G36.

J’espère que vous en savez maintenant un peu plus sur cette réplique et que cette review vous aidera à faire votre choix en cas d’hésitation !

 

-Look vraiment sympa.

-Système de changement de ressort accessible et rapide.

-Compatible avec la plupart des chargeurs de G36.

-Possibilité de changer le puits de chargement (en option) pour utiliser des chargeurs STANAG.

-Bonnes performances en sortie de boite.

-Bonnes finitions.

 

 

-Un poil cher lors de sa sortie.

-405 FPS en sortie de boite c’est trop pour la France.

-Pas de chargeurs mid-cap disponibles chez ASG pour le moment.

-Pas mal de jeu avec la plupart des chargeurs STANAG testés.

-Boite un peu vide.