Review Cybergun FN Five Seven GBB

 

 

 

 

14 avril 2017.

 

Fin 2016 Cybergun a sorti en catimini un nouveau FN 5-7 (five seven). Il ne s’agit ni des “vieux” Marushin à CO², ni du Marui gaz, mais d’une toute nouvelle production.

Curieux d’en savoir plus, j’ai sollicité la boutique Powergun Airsoft afin de me faire prêter un exemplaire de ce PA full plastique qui sent bon la frite !

C’est parti pour la découverte du FN 5-7 by Cybergun !

 

Un rappel en vidéo:

 

Pas mal d’informations sur la page wikipedia dédiée au 5-7, mais vous en saurez plus en lisant la version anglaise…

 

 

La boite en carton est assez classe avec son Five-seveN en surimpression brillante.

 

A l’intérieur, la réplique est calée par un insert en carton.

Peu de choses dans la boite :

-Le pistolet. Fabriqué en nylon fibré et possédant des pièces en alliage, il pèse 763 grammes pour une longueur de 129mm.

-Un chargeur à gaz pouvant contenir 17 billes.

-Un papier récapitulant les valeurs de test de tir.

-Un autocollant FNH

-Une feuille faisant office de manuel d’utilisation.

 

 

 

 

Ce qui peut surprendre le néophyte, c’est que la réplique est constituée quasi intégralement de plastique. Cybergun n’a pas fait de faute de goût car l’arme réelle est également composée en grande partie de matériaux polymères.

Le design “futuriste” du Five Seven ne plait pas à tout le monde…

 

Les marquages sont plutôt bien réalisés même si ici la photo souligne les micro-défauts de la gravure ou du moulage… On peut également voir le loquet de déverrouillage de la glissière au premier plan.

 

A l’avant droit de la carcasse se trouve une plaquette en métal gravée d’un numéro de série propre à chaque réplique.

 

Du côté droit de la culasse on peut voir les jolis marquages de calibre réel.

 

 

Le canon (en fait, le bloc hop-up, mais chuuut, nous le découvrirons plus avant) reçoit également le marquage du calibre.

 

La crosse est très large en raison de la taille des munitions de calibre 5.7mm. Les picots sont assez agréables au toucher et n’agressent pas la main. Notez le logo FN, il est présent des deux côtés de la crosse.

 

Le pontet très large protège une queue de détente en alliage. Elle est elle aussi très large et un peu molle mais s’avère assez réactive une fois maitrisée.

 

L’arrêtoir de glissière est discret, il se situe sous les stries de la glissière. Il est parfaitement fonctionnel et bloquera la glissière vers l’arrière une fois votre chargeur vidé.

 

Le Five Seven dispose d’un cran de sûreté manuel ambidextre. Vers le bas, vous tirez, vers le haut, la réplique est bloquée. Le cran est bien ferme, aucune chance de l’actionner par erreur.

 

L’imposant arrêtoir de chargeur peut être changé de côté, nous verrons cela plus tard.

 

A l’arrière de la glissière, on retrouve des stries pour simplifier l’armement de la réplique ainsi que deux ergots latéraux dont H&K s’est inspiré notamment sur le VP-9.

 

Enfin, un rail est situé sous la carcasse. Attention, selon les modèles de lampes il se peut qu’il y ait du jeu d’avant en arrière.

 

 

 

 

Les organes de visée sont en métal. A l’avant, le guidon est assez haut. Il est équipé d’un point blanc.

 

A l’arrière, la hausse est réglable en hauteur et en dérive à l’aide de vis. Elle est également équipée de points blancs.

 

La visée est rapide et agréable, comme sur la plupart des PA modernes.

 

 

 

Le massif chargeur à gaz peut emporter 17 billes. Remarquez les marquages conformes au modèle réel. Le remplissage en billes s’effectue via les lèvres en plastique situées sur la partie supérieure.

 

La double encoche laisse à penser qu’on peut changer l’arrêtoir de chargeur de côté. Nous verrons cela plus tard.

 

La valve de remplissage est située au niveau du talon de chargeur.

 

 

 

 

Le démontage du Five SeveN est ultra simple. Tirer légèrement la glissière vers l’arrière et actionnez le bouton de déverrouillage.

 

Avancez légèrement la glissière et elle se désolidarise de la carcasse.

 

La mécanique est en alliage brillant qui fait assez “cheap”, comme sur les derniers PA VFC que j’ai testé (VP-9 et FNS-9). Espérons que cela tienne dans le temps.

 

 

Il est possible à nos amis gauchers de changer le côté du bouton de verrouillage de chargeur. Pour ce faire, il faut ôter le ressort repéré par la flèche.

 

Puis faire glisser le bouton.

 

Ici en version gaucher.

 

Pour retirer le canon de la glissière, poussez vers l’avant, basculez et ressortez par l’arrière. C’est un coup à prendre (surtout pour le remontage) car il y a peu de place.

 

Le nozzle est imposant. Remarquez les deux épaisseurs de plastique composant la glissière, ainsi que le blow-back housing en métal.

 

Ici la vis de réglage du hop-up. La clé Allen n’est pas fournie dans la boite. Le système permet un réglage fin mais il est pénible d’avoir à déposer le canon à chaque ajustement…

 

Un petit joint torique retient la cale de ressort et le ressort récupérateur. Il faut l’enlever délicatement avant de pouvoir démonter le reste.

 

Le bloc hop-up propriétaire est maintenu fermé par deux vis…

 

… et une pièce de verrouillage en plastique. Attention à ne pas l’endommager.

 

Le joint est également spécifique à cette réplique de Five Seven.

 

Le canon est d’un bloc. Ici pas de canon interne et canon externe. Cela dit, l’usinage est plutôt propre.

 

Du coup adieu l’installation d’un canon de précision, il faudra se contenter du diamètre 6.75mm d’origine.

 

Pour le remontage, suivez les étapes inverses.

 

 

Il n’y a pas d’éclaté dans le manuel.

 

-Chronographe Xcortech X3500

-Billes 0.20g bio G&G et 0.25g bio TK

-Green gas

La réplique développe une puissance raisonnable pour un usage normal de back-up. De 280 à 329 FPS, cela fait une variation importante sur 10 billes cependant la vélocité semble se stabiliser autour des 295-300 FPS.

Le kick est sympathique sans effleurer les cadors de la discipline. C’est toujours agréable de retrouver quelques sensations de tir lorsqu’on joue. Le hop-up lève bien les billes mais semble un peu irrégulier, peut-être un manque de rodage du joint. En tout cas lors de mes tests, une fois que j’ai eu fini de me tromper de billes, j’ai pu mettre au but à 25 mètres sans trop de problèmes lorsque la réplique se décidait à ne pas envoyer une bille tantôt en haut, tantôt en bas de la cible… Le réglage du hop-up est assez long car il faut démonter le canon à chaque nouveau réglage et on arrive à un point ou le moindre huitième de tour sur la vis change la trajectoire du tout au tout. Le bon point est que la vis ne semble pas se serrer/desserrer lors des tirs successifs.

Côté autonomie, j’ai pu tirer en moyenne 40 billes avec une charge de gaz.

 

Je vous laisse voir ça en vidéo :

 

N’ayant jamais eu le modèle Marui en main, je me garderai de comparer les deux modèles. Par contre, je suis plus agréablement surpris par ce modèle à gaz que par le modèle CO² Marushin.

Les finitions sont correctes, le kick bien agréable et ce Five Seven fait le job d’une réplique de poing : toucher un adversaire entre 5 et 20 mètres sans qu’on ait à se poser trop de questions.

J’aurais aimé une mécanique plus “classique”, pour ne pas dire compatible avec les joints VSR/GBB pour pouvoir tester différentes configurations et vérifier si les variations de trajectoires viennent du joint ou du système de réglage…

J’aurais également aimé pouvoir changer de canon, mais l’architecture retenue empêche de changer quoi que ce soit sur la réplique.

Bref, j’aime bien la réplique dans son ensemble (un poil moins la crosse, un peu large pour moi) et je pense qu’elle peut satisfaire les fans de 5-7 qui débutent l’activité, mais les joueurs plus anciens préféreront peut-être se tourner vers un modèle plus “upgradable”.

A vous de voir si le dernier né de chez Cybergun peut vous emballer ou non, j’espère vous avoir donné assez d’éléments pour que vous puissiez faire votre choix.

 

-Prix raisonnable.

-Finition correcte.

-Kick sympa.

 

 

-Réglage du hop-up fastidieux.

-Pièces propriétaires donc pas d’upgrade possible pour le moment.

-Trajectoires un peu irrégulières.

-Grosse crosse.