Review Secutor Velites GIII

 

 

10 février 2018.

 

 

L’été dernier, j’ai été contacté par 0.20 magazine, responsable de la communication pour la marque Secutor Arms, pour faire une éventuelle vidéo de leur nouvelle réplique de fusil à pompe à gaz, le Velites G.

J’étais curieux de découvrir s’il s’agissait d’un nouveau système ou simplement d’une copie du système inventé par Tokyo Marui proposée à petit prix.

Je vous propose d’entrer dans les entrailles de ce Velites G.III, préparez le pop-corn, c’est parti !

 

Pour les retardataires, voici la vidéo de présentation :

 

Comme beaucoup de fusils à pompe, il s’agit sans doute d’une base de type Remington M870.

 

On retrouve le code couleur et la charte visuelle typée « gladiateur » de chez Secutor.

 

A l’intérieur, tout est bien en place dans une coque en polystyrène dense.

C’est plutôt bien repli, on y trouve :

-La réplique, ici un Velites G.III, composé d’alliage et de plastique. Elle mesure entre 77.5 et 85.5 cm pour un poids de 2765 grammes.

-Trois cartouches pouvant contenir 28 billes.

-Un BB-loader.

-Un sachet de billes.

-Un joint de rechange.

-Un anneau attache sangle type « QD » (quick detach).

-Un manuel d’utilisation.

 

 

 

 

Les fusils à gaz Secutor sont fabriqués par Golden Eagle, à priori une branche de Dboys. Il en existe toute une gamme pour tous les goûts. Ils reprennent l’architecture mécanique des M870 Tokyo Marui.

G.III G.VI et G.XI sont sortis en automne dernier.

Puis en janvier 2018, G.II et G.V sont venu en supplément.

 

 

Il s’agit ici d’un modèle G.III noir.

 

Le corps de la réplique est en alliage, les marquages y sont gravés au laser. On remarque que le traitement semble fragile car la photo n’a pas été prise très longtemps après la réception de la réplique.

On peut voir également le rail supérieur type Picatinny.

 

Le numéro de série est gravé du côté gauche.

 

La pompe est en plastique. Elle est bien massive et semble solide.

 

Comme sur les modèles Marui qu’elle copie, sa course est plus courte que sur le vrai fusil.

 

Lorsqu’on actionne la pompe, cela dévoile le système de réglage 3 ou 6 billes.

 

Un cran de sûreté est situé derrière la queue de détente. Il bloque mécaniquement cette dernière.

 

A l’avant du pontet, sur le côté gauche, on retrouve le bouton d’ouverture de la trappe.

 

C’est là que vous glisserez la cartouche.

 

La poignée pistolet type « Tango Down » est plus confortable que les poignées type M-4 classiques. Son intégration au reste de la réplique est cependant basique. Il y a pas mal d’angles droits qui peuvent être désagréables lors de l’utilisation.

 

De chaque côté de la réplique, on trouve un emplacement QD pour installer un anneau de sangle fourni dans la boite. C’est très pratique.

 

La crosse est une copie de modèle Magpul. La plaque de couche est en caoutchouc. Il y a un léger jeu sur le tube mais une fois épaulée ça ne dérange pas.

 

Le tube comporte 6 positions. Il s’agit d’une copie bon marché du kit Angry Gun pour M870 Marui.

 

 

Le tube sert donc de réservoir de gaz. La valve de remplissage est située à sa base.

 

Le tube est maintenu en pression par le biais de cet écrou. Sur mon exemplaire, il n’était pas serré, occasionnant une fuite dès la sortie de boite…

D’ailleurs, le joint de rechange fourni dans la boite se positionne à ce niveau.

 

A ma grande surprise, l’intérieur du canon interne est taraudé.

 

Sous le canon se trouve le magasin. On peut y placer deux cartouches mais c’est peu pratique.

 

Sur cette vue, on peut voir les trois canons internes.

 

 

 

 

Le guidon est simpliste mais il y a tout de même un point blanc pour aider la visée.

 

L’œilleton peut se visser et se dévisser de quelques millimètres pour ajuster la visée.  On remarque le rail supérieur, pratique si vous voulez installer une aide à la visée.

 

Au final c’est assez intuitif, en tout cas suffisant pour un usage en CQB.

 

 

Les cartouches peuvent contenir jusqu’à 28 billes.

Secutor a expliqué après coup qu’ils avaient voulu limiter à 28 au lieu de 30 pour que les joueurs puissent savoir quand le dernier coup était tiré. En effet, lorsque vous n’expulsez qu’une seule bille au lieu de 3 ou 6, c’est qu’il faut changer la cartouche. Malin, mais personne n’avait compris ce choix dès le départ…

Devant les « plaintes » des utilisateurs, les cartouches font désormais 30 billes mais l’autocollant est toujours le même.

 

Il existe des packs de 6 cartouches.

 

Cartouche de base face à une cartouche Marui (compatible bien entendu!).

 

Nouvelle cartouche de capacité 30 billes.

 

 

 

 

Il est temps de tout péter ! Je commence par la poignée pistolet. Il est possible d’utiliser les poignées RS , d’AEG ou de GBBr, MAIS il faudra certainement faire une modification pour les poignées d’AEG.

 

En effet, la vis de maintien passe pile au milieu. Secutor a donc fait un trou.

 

Evitez de changer de poignée trop souvent, l’alliage semble un peu « mou ».

 

J’ai ensuite enlevé de manière arbitraire la valve de chargement en gaz. Simplement pour vous la montrer.

 

Puis j’ai dévissé le tube de crosse. Ici une photo avec le joint de rechange.

 

Il faut desserrer l’écrou de tube.

 

Le joint est positionné ici. Remarquez la quantité de graisse. Inutile ici car l’écrou n’était pas serré, donc ça fuyait…

 

On peut maintenant dévisser le tube de son support.

 

Une vis Allen maintient le support au corps de la réplique.

 

Le joint était sec… Ca n’aide pas…

 

Une autre origine de fuite est ce petit joint faisant l’étanchéité (ou non…) entre le support de crosse et le cylindre. Ici il est sec, pourtant tout autour c’est bien gras…

 

 

Retirons les deux goupilles du corps de la réplique.

 

Attention, elles ont un sens…

 

Ne tirez pas tout de suite le corps vers l’arrière !

 

Il faut faire attention aux différents ressorts…

 

…et avant tout, retirer l’ensemble détente/gâchette. S’il ne veut pas venir, actionnez légèrement la pompe.

 

Et hop ! Oh, un copier-coller du système Marui !

 

Retirons la fausse culasse et son petit ressort.

 

On peut voir ici le système 3-6 billes. Lorsqu’il ne fonctionne pas, cela vient très souvent d’un mauvais montage du ressort situé derrière la pièce du bas.

 

Ici on voit le prolongement des tiges de la pompe, ainsi que les différentes pièces qui permettent le bon fonctionnement de la réplique.

 

Moins de bazar du côté gauche.

 

Passons à l’avant du Velites.

Il faut ici ôter une vis cruciforme qui retient l’anneau du tube magasin.

 

Cette cale vient maintenir les canons internes.

 

On peut retirer la bague.

 

Pour remettre la vis, j’utilise de la Patafix, ça évite bien des crises de nerfs !

 

Au remontage, la partie arrondie de la cale argentée va vers l’arrière de la réplique.

 

 

On peut ensuite accéder à la grosse vis qui maintient la pompe. Personnellement, j’utilise une pièce spéciale qui m’avait été fournée avec un garde-main Magpul.

 

On peut alors enlever la pompe et son support si on a ôté le corps à l’arrière. Vous pouvez au choix laisser les tiges montées ou non sur le support.

 

Dévissez ensuite la vis du tube magasin et faites-le coulisser vers l’avant.

 

Le canon externe est maintenu par 2 longues vis. Enlevons-les…

 

On peut alors désassembler le combo canons internes/bloc hop-up en ôtant une vis de chaque côté.

 

Voici le bloc. Copie conforme encore une fois du modèle Tokyo Marui.

 

Pour accéder aux joints et aux canons, il faut démonter les deux vis cruciformes.

 

Le bloc se sépare en trois pièces principales.

 

 

L’accès aux joints est possible en retirant cette pièce.

 

Oups, ils sont restés dans le bloc !

 

N’hésitez pas à bien dégraisser les joints… Ici ils sont brillants de gras !

 

Les trois canons internes en aluminium mesurent 261mm pour un diamètre de 6.08mm. L’interne est loin d’être lisse… Les canons Wiitech et autres pour M870 Marui sont bien entendu compatibles.

 

On retrouve la tige en métal qui empêche qu’une bille vienne se placer entre les nozzles et casse l’ensemble comme ça a parfois été le cas sur les tout premiers M870 Marui.

 

Pour séparer les deux coques, il faudra ôter un sacré paquet de vis…

 

…Dont la vis du fameux système 3-6 billes, qui est au passage breveté par Marui, ces répliques ne sont donc pas censées être vendues sur le territoire japonais, tout comme les STF12 CO² BO/VFC…

 

Attention, il faut faire reculer le nozzle pour pouvoir séparer les deux demi-coques !

 

Hop, c’est séparé, attention si le ressort de la trappe de cartouche saute, il va ici.

 

 

Ces pièces servent à guider et faire monter les billes dans le bloc hop-up.

 

Voici le cylindre. Il contient le gaz transféré depuis le réservoir à chaque action de pompage. Il est possible que vous ayez à changer au moins un joint là dedans un jour ou l’autre !

 

Trois longues vis à tête hexagonale maintiennent le tout.

Ici l’interne du M870 Marui.

 

C’est pratiquement toujours ce joint qui occasionne une fuite. Ici, suite à ma review « musclée » du M870, il s’était pincé. Par contre on voit bien que son diamètre est supérieur à celui de la tige sur lequel il est monté.

 

Là, sur ce Velites, il est tout bonnement sous-dimensionné, donc dès qu’il se rétracte un petit peu, ça fuit ! Pour résoudre ça, utilisez un joint un poil plus grand (sur les Marui il fait 6mm de diamètre pour un diamètre de tore de 1mm) ou mettez une couche de Téflon avant de remettre le joint pour faire une surépaisseur.

 

 

Le bloc nozzle coulisse dans le cylindre pour faire étanchéité.

 

 

Il y a donc un petit joint torique que l’on peut changer en ôtant le couvercle.

 

Ici, la grosse pièce qui frappe la tige du cylindre pour laisser passer le gaz.

 

 

Attention à ce que le ressort marqué par les flèches soit bien en place lors du remontage sinon il y a des chances que le mode 6 billes ne fonctionne pas.

 

Pour le remontage, pas de panique, suivez les étapes à l’inverse et ça va bien se passer !

Si c’est plus facile pour vous, désolidarisez les tiges de pompe du support de pompe.

 

 

Pas d’éclaté dans la boite.

 

-Chronographe Xcortech X3500.

-Green gas

-Billes 0.20 bio BO Rain et 0.25 bio G&G.

 

A 21°C et au green gas (propane), mon Velites sortait 341 FPS de moyenne avec une pointe à plus de 360 FPS. Un poil fort pour le CQB, il suffira simplement de changer de gaz…

L’action de la pompe est aussi jouissive que sur les autres modèles de fusil à pompe à gaz, un joli crac-crac annonce souvent une volée de 3 ou 6 billes !

Niveau trajectoires, c’est clairement étudié pour disperser et nettoyer des espaces clos. Oubliez le snipe comme avec les productions G&P, ici on ne fait pas dans la dentelle. Ici à 25-30 mètres ça se passe bien, au delà il faudra vraiment compter sur la chance qu’une des billes touche le point visé.

Cela se voit sur la cible, les billes vont rarement au même endroit mais touchent tout de même l’objectif. Il faut tester plusieurs masses de billes pour trouver celle qui convient à votre réplique. Sur mon modèle, la 0.20 s’envole et la 0.25 est peut-être un peu lourde, mais je n’avais plus de 0.23 en stock pour tester…

Là où le Velites G.III m’a impressionné, c’est au niveau de l’autonomie. J’ai rempli le tube de crosse à fond et chargé mes 10 cartouches, persuadé que je pourrais en tirer 8 à 10. J’ai mis presque 25 minutes à vider le réservoir et j’ai pu tirer 43 cartouches en mode 3 billes (donc 10 actions de pompe par cartouche) avant que la réplique ne dise stop. Par contre j’ai pu constater qu’un mode 3 billes, il n’en tirait parfois que 2 ou alors 4 mais cela reste anecdotique.

 

Je vous laisse voir ça en vidéo :

 

 

 

Pour le prix, cette gamme Velites gaz est correcte pour autant qu’on ne tombe pas sur une réplique qui fuit en sortie de boite…

Car oui, il y a eu pas mal de fuites, mais on constate bien souvent que la plupart des joueurs veulent la qualité Marui au pris de Golden Eagle, et ça, c’est pas possible les gars !

Un kit tube de crosse Angry Gun à 200€ qui se transforme en kit à 35€ chez Golden Eagle, ça devrait vous mettre la puce à l’oreille quant aux procédés de fabrication et aux finitions… Autre souci de taille, les différences d’hygrométrie et de températures entre la Chine et nos vertes contrées, ainsi que le stockage dans des containers maritimes qui peut durer des semaines, voir des mois…

Du coup, les joints se rétractent, sèchent et la réplique fuit d’emblée. C’est donc à l’importateur de faire attention à bien contrôler ses produits avant de les envoyer aux boutiques, surtout lorsqu’il s’agit de fabrication dite « cheap ». Idem lorsqu’il est détecté qu’un joint est sous-dimensionné et ne peut donc assurer pleinement son rôle, il faut renforcer les contrôles qualité au risque de se voir bouder par les joueurs, mais également par les distributeurs… Si une boutique doit également contrôler ce qu’elle vend, elle ne devrait pas avoir à démonter et réviser le matériel avant de le vendre.

Un joueur est en droit de s’attendre à acheter une réplique qui fonctionne en sortie de boite, mais dites-vous bien que ce genre de système fuira un jour ou l’autre quoi que vous fassiez car les joints sèchent, s’usent et finissent par lâcher. Si vous ne voulez rien démonter, orientez-vous vers les séries à ressort.

Pour ma part et malgré quelques fuites, je suis plutôt satisfait que l’on puisse trouver des shotguns à gaz avec un look un peu « différent » aux alentours de 150-200€ . Je réserverai son emploi au CQB car la portée efficace est un peu en dessous de celle des modèles que j’ai pu tester jusqu’à présent. Mais gardez à l’esprit que sur ce genre de production munie de joints de hop-up non ajustables, il faudra trouver la bille qui VOUS convient.

J’espère en tout cas vous avoir donné assez d’informations pour que vous puissiez déterminer si cette série Velites G est à même de vous intéresser ! N’hésitez pas à commenter sous cet article et à nous faire part de vos expériences avec le Velites G !

 

 

-L’autonomie.

-Rapport qualité/prix correct.

-Boite bien remplie.

-Différentes versions.

-Compatibilité avec les pièces Marui et pièces d’upgrade pour Marui.

 

-Beaucoup de fuites en sortie de boite sur les premiers modèles.

-Joints hop-up et canons très gras.

-Cartouches à 28 billes sur les premiers modèles.

-Performances moyennes.