Review ASG Scorpion EVO3 BET

 

22 avril 2019.

 

Oui, jusqu’ici j’avais la honte sur ma famille pour 7 générations.

 

Le Scorpion EVO 3A1 est sorti en 2014. J’avais eu la chance de tester en avant-première le prototype pour Red Dot Magazine, des potes en ont acheté pile à sa sortie, ont converti d’autres joueurs, et moi pas !

Pourtant ça fonctionne du feu de Dieu, c’est compact, léger et le look n’est plutôt pas désagréable.

J’ai donc craqué lors de la sortie des modèles “carbine” en 2017 lors des portes ouvertes de la boutique Powergun. Je ne vous cacherai pas que j’ai profité des promos du jour pour me payer une boite de 3 chargeurs supplémentaires en version personnalisable !

Mais c’en est assez du “3615 c’est ta vie”, passons à la review complète de la version BET ! Ca a un petit peu trainé car début 2018 ASG avait une nouvelle gearbox sur les rails et je voulais attendre sa sortie…

Je vous propose de regarder la vidéo de présentation si ce n’est pas déjà fait :

 

Et puis si vous voulez découvrir comment est fabriqué le EVO, voici les trois épisodes de Ding inside ASG :

Episode 1 : visite des locaux ASG.

Episode 2 : Les usines qui fabriquent entre autres les pièces du EVO.

Episode 3 : Montage complet et processus de test d’une réplique.

 

 

Je vous invite à consulter CE LIEN.

 

La réplique est livrée dans une boite très sobre en carton noir. On y retrouve les logos de CZ et ASG ainsi que des dessins des modèles “carbine” et “BET”.

 

A l’intérieur, la réplique et son chargeur sont bien calés dans le carton. Le catalogue protège le levier d’armement.

 

Les instructions d’utilisation des différents modèles sont imprimées à l’intérieur de la boite.

La boite contient :

-La réplique, ici un modèle BET. Elle est constituée en grande partie de nylon fibré et de métal. Elle mesure entre 61.5 et 81.5 cm pour une masse de 2450 grammes.

-Un chargeur 75 billes.

-Une paire d’organes de visée.

-Un catalogue.

 

 

 

 

Les modèles carbine ont le même interne et le même corps que le EVO3A1, seul l’avant change avec l’adjonction d’un garde-main long et d’un canon interne/externe également plus imposant.

Ici les photos ont été prises avec un chargeur à coque transparente, le chargeur fourni est un modèle noir.

 

La crosse peut être rabattue sur le côté de la réplique.

 

Le corps est constitué de deux demi-coques en nylon fibré moulé. Il est pourvu des marquages du vrai EVO3.

 

La poignée pistolet comporte le logo CZ. On peut remarquer un défaut du nylon fibré, que ce soit sur de vraies armes ou nos répliques, ça a tendance à marquer assez vite.  

 

 

Le sélecteur de tir ambidextre permet de se mettre en position sûreté, semi, rafale de trois ou rafale illimitée. Ses crans sont plutôt bien marqués mais attention à ne pas trop frotter sur votre tenue au risque de passer du semi au burst.

 

Dessiné en République Tchèque par Laugo.

 

Et comme souvent, mieux vaut lire le manuel (la boite du coup…) avant d’aller tirer !

 

Les marquages légaux pour l’airsoft sont discrètement placés sous le pontet.

 

Le bouton d’éjection du chargeur est ambidextre. Il suffit de pousser et de retirer le chargeur.

 

Le garde-main est équipé d’emplacements M-Lock mais aucun rail n’est fourni avec la réplique.

 

La prise mini Tamiya est un peu disgracieuse mais il n’y a pas le choix…

La crosse est très fine. Elle peut être réglée en longueur et également se replier pour stocker la réplique dans une petite caisse ou un sac. Il existe deux sacs de transport spécialement étudiés pour le EVO version courte et le BET/Carbine.

 

 

On peut voir ici le guide de ressort ainsi que l’emplacement arrière d’attache de sangle.

 

L’arrêtoir de culasse est fonctionnel à plus d’un titre. Il bloque le faux ensemble mobile vers l’arrière pour permettre de régler le hop-up tranquillement mais permet également de reprendre le tir une fois votre chargeur vide remplacé par un chargeur plein. Si vous ne l’actionnez pas, le tir ne pourra pas reprendre !

 

On peut voir ici la forme particulière du pontet, assez large pour pouvoir tirer avec des gants. La queue de détente est en plastique. Pour ma part je l’ai remplacée par la version “speed” ASG que vous pourrez voir plus bas.

 

Le levier d’armement est en alliage. Il est monté sur un ressort, du coup il reste vers l’arrière lorsque la culasse est bloquée.

La fausse culasse se bloque en effet en arrière pour pouvoir régler le hop-up à l’aide de la molette crantée. Une fois le réglage fait, actionnez l’arrêtoir de culasse pour la rabattre vers l’avant.

 

 

Un petit anneau est présent pour attacher une sangle, il peut être changé de côté ou vous pouvez en acheter un second pour qu’il y en ait un de chaque côté.

 

A l’arrière il y a un anneau moulé dans le corps, de chaque côté. Pour ma part j’y ai attaché un morceau de paracorde. Un rail Picatinny est présent sur toute la partie supérieure du EVO.

Le modérateur de son à l’avant est purement décoratif, il ne réduit pas le son de la réplique. On peut remarquer qu’il se raye assez facilement.

 

 

Si vous vous souvenez de la genèse du EVO, vous savez que lors de sa sortie il était livré sans organes de visée dans la boite. Moyen pour une réplique à ce prix mais ASG a rapidement remis une hausse et un guidon en polymère dans les boites en plus de proposer en option les vrais organes de visée du EVO.

 

 

Le guidon est équipé d’une “fibre optique” orange.

 

La hausse est réglable et un peep sight circulaire permet de viser.

 

Ici on peut voir que j’ai monté la hausse de travers mais la visée n’en reste pas moins intuitive XD .

 

 

Les chargeurs du EVO peuvent contenir 75 billes. Ils sont en polymère.

 

Le talon est marqué des logos ASG et CZ.

 

Les lèvres sont montées sur ressort à la manière des PTW. A l’arrière une languette actionne l’arrêt de tir lorsque le chargeur est vide. En effet, toutes les billes sont tirées avec le EVO, il n’y a pas ces 3-4 dernières billes perdues dans un bloc hop-up classique.

 

Pour démonter le chargeur, poussez le bouton de verrouillage du talon puis ôtez ce dernier.

 

Une goupille maintien l’interne sur la coque.

 

Poussez LEGEREMENT l’interne vers le haut. ATTENTION : ne perdez pas les ressorts des lèvres.

 

Si vous souhaitez retirer le ressort du poussoir de billes, ôtez le capuchon à l’arrière. Je vous conseille de le faire systématiquement si vous avez prévu de sortir tout l’interne. En effet, si vous ne le faites pas, il y a de grandes chances que tout vous saute au visage.

 

On peut maintenant extraire l’interne et séparer les deux parties pour découvrir les deux poussoirs et le mécanisme d’arrêt de tir.

 

Sur deux de mes chargeurs, il est arrivé que le follower du haut se casse en deux, bloquant la remontée des billes.

 

Il existe des talons en impression 3D sur le marché, ici des modèles Element France.

 

ASG commercialise également des packs de chargeurs à coque transparente permettant de personnaliser vos chargeurs.

Voici le LIEN vers un fichier à imprimer.

 

 

 

Le démontage est relativement rapide malgré le nombre important de vis à enlever. Commençons par retirer l’extension de canon et le garde-main.

 

C’est ici que la batterie prend place. ATTENTION : le canon externe est identique sur toutes les version du EVO, seules les pièces qui viennent s’y visser diffèrent. Il est donc possible de changer de version si vous trouvez des pièces.

 

Le levier d’armement peut être enlevé. Le ressort vient avec, pour ma part et sur conseil d’ASG, j’ai légèrement élargi l’extrémité du ressort pour qu’il reste en place dans le garde-main. Cela évite les pertes…

 

ATTENTION : n’oubliez pas de débrancher la batterie lorsque vous n’utilisez pas la réplique. Les composant électroniques pompent de l’énergie et vous pourriez endommager vos batteries LiPo.

 

Après avoir ôté l’avant, je retire la crosse. Appuyez sur le guide de ressort et faites glisser la crosse vers le haut.

 

Si le cœur vous en dit, vous pouvez utilisez les adaptateurs du commerce pour monter une crosse type M4 ou Zhukov (Magpul).

 

Si vous souhaitez simplement changer le ressort, utilisez une clef Allen pour retirer le guide et le ressort. Il suffit d’appuyer et de faire 1/4 de tour.

 

Le guide en métal est assez basique. Sur les premiers modèles certains ont cassé mais ASG a changé cette pièce il y a déjà un bon moment.

 

 

ASG propose un guide avec roulement si vous préférez…

 

Il est également temps de décider de quel côté vous souhaitez mettre l’attache de sangle.

 

A ce stade, vous pouvez retirer la goupille qui retient le canon externe ou attendre d’avoir séparé les deux coques du corps. A vous de voir.

 

Retirez la vis à tête hexagonale située à l’avant de la queue de détente.

 

 

Puis les deux vis situées sur la poignée pistolet.

 

Profitez-en également pour retirer la plaque moteur.

 

Rien de fou, c’est un moteur axe court Ultimate basic mais il fonctionne très bien.

 

Il est temps d’ouvrir la bête. Une fois les 7 vis retirées, séparez les deux coques.

 

Retirez la fausse culasse , le ressort de rappel et la petite tige.

 

 

Si vous n’aviez pas retiré la goupille du canon externe, faites-le maintenant et retirer l’ensemble canon interne/externe/hop-up.

 

Lors du remontage, n’oubliez pas de remettre les fils comme ceci.

 

La version BET/Carbine est équipée d’un canon plus long que la version classique.

 

Le bloc hop-up en plastique est muni d’une petite molette crantée.

 

Le canon en laiton est donné pour 6.03mm de diamètre et 407mm de long. Personnellement j’ai mesuré 406mm et 6.04mm.

 

 

Il peut rarement arriver que le sélecteur de tir tombe de votre réplique (vu sur une réplique neuve…) dans ce cas, il faut resserrer cette vis hexagonale.

 

Retirons maintenant la poignée pistolet en retirant 4 vis.

 

On peut enfin ôter la gearbox du receveur inférieur de la réplique.

 

Il s’agit d’une gearbox spécifiquement étudiée pour le EVO. Ici la première version.

 

On peut voir ici les micro-switches de bolt catch, d’arrêt de tir en fin de chargeur et de selector plate.

 

A l’été 2018 ASG a changé les gearboxes du EVO, je vous laisse voir quelles sont les évolutions et comment savoir si vous avez une version 2018 :

 

Aller, il est temps de remonter. Suivez les étapes à l’inverse ou servez-vous de l’épisode 3 de Ding Inside ASG pour remonter au mieux votre EVO !

 

Si vous souhaiter démonter la gearbox, suivez les étapes suivantes. ATTENTION : les photos sont celles d’une gearbox avant 2018. Pour l’interne de la gearbox 2018, veuillez regarder la vidéo de présentation ICI.

Commencez par retirer la languette supérieure.

 

Puis il faut retirer le pignon de sélecteur. Pour ce faire, ôtez la vis hexagonale située côté gauche.

 

Puis il faut retirer les vis de tour de gearbox. Pour éviter les contraintes, je vous conseille de retirer le ressort et son guide avant d’ouvrir.

 

Enfin, retirez les câbles de leurs emplacements et séparez la gearbox en deux.

 

On peut voir ici l’ECU, véritable cœur de la réplique.

 

 

Les engrenages sont en acier fritté. L’engrenage moteur est marqué du logo ASG. Le calage de la gearbox était bon et le graissage parcimonieux.

 

Le cylindre en acier est muni de 4 fentes qui limitent son volume d’air.

 

Le petit nozzle en métal est un modèle spécifique à l’EVO.

 

Le piston en plastique dispose d’une crémaillère avec 4 dents en métal.

 

La tête de piston est également en polymère, elle dispose de trous qui plaquent le joint torique sur le cylindre lors du mouvement avant.

 

Les engrenages sont montés sur des paliers (bushings) et non pas des roulements.

 

Le sector gear est muni d’un delayer qui permet de fluidifier le cycle lors des hautes cadences et d’éviter les problèmes d’introduction de billes.

 

La queue de détente est en plastique. Pour ma part je l’ai remplacée par le modèle en aluminium CNC de chez ASG.

 

Il est possible que vous deviez élargir légèrement les orifices qui reçoivent les axes de la queue de détente pour fluidifier son mouvement.

 

 

 

 

Il n’y a pas d’éclaté dans la boite.

 

-Chronographe Xcortech X3500.

-Batteries LiPo 7.4V1600mAh et LiPo 11.1V1300mAh.

-Billes 0.20G bio BO Rain et 0.28G bio ATM.

 

Content le Dingo ! Je pensais hériter d’une réplique qui tirerait à 400 FPS et en fait elle est pile dans les 330 comme je l’aurais configurée pour pouvoir aller jouer partout !

La cadence de tir est bonne même à la 7.4V et la réactivité vraiment au rendez-vous. Le hop-up est parfois un peu pénible à régler car la molette est assez fine mais une fois la bonne bille trouvée c’est du bonheur.

Vous le verrez lors de mes tests, j’ai eu des performances un peu en deçà de ce que l’on a habituellement en sortie de boite avec le EVO. Il se trouve que le canon était très sale et je n’ai pas pris la peine de le nettoyer en sortie de boite comme je le fais habituellement. Une fois le gras retiré, on a des trajectoires constantes et bien rectilignes, dans mon cas jusqu’à un bon 50 mètres.

 

 

Je vous laisse voir cela en vidéo :

 

 

Cela va faire bientôt deux ans que je possède ce Scorpion EVO BET et j’en suis toujours aussi content. Je n’ai rien changé dessus à part la queue de détente et le guide de ressort et je n’ai encore eu aucun problème mécanique. Il faut préciser que je suis plutôt raisonnable en jeu et je ne suis pas (du moins plus ^^) du genre à faire des rafales de 5 secondes ou à spammer comme un fou.

Par contre, je n’omettrai pas de signaler deux casses de BB-follower dans mes chargeurs, je ne sais pas à quoi cela est dû.

Malgré beaucoup de réticences de la part des joueurs à la sortie du EVO, dues en partie au prix élevé de la réplique, il a su faire son chemin dans le cœur des airsofteurs et des collectionneurs au point que certaines équipes jouent en full EVO !

ASG ne reste pas les bras croisés et améliore la réplique au gré des retours d’expérience. Il a été fait des modifications entre autres sur l’ASCU et sur le guide de ressort. La plus grosse évolution a été le changement de gearbox à l’été 2018. Il existe désormais plusieurs versions du EVO dont un modèle HPA qui parait-il est extrêmement efficace.

Même si elle vient un peu tard, j’espère que cette review répondra à la plupart de vos questions.

 

-Qualité de fabrication.

-Performances en sortie de boite.

-Electronique embarquée.

-Changement de ressort rapide.

-Suivi de la part d’ASG.

 

-Boite un peu vide.

-Pas de rails M-lock.

-Casses de BB-follower dans 2 chargeurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.