LCT LC-3 SG1 (H&K G3)

 

 

22 septembre 2019.

 

Qu’il soit électrique ou à gaz, le H&K G3 a la cote ces temps-ci. Et plutôt que de passer à côté de ce genre de canne à pêche, je me suis procuré un exemplaire de la gamme très complète “LC-3” de chez LCT que j’ai acheté chez Airsoft Entrepôt. J’ai opté pour la version SG-1 et je vous propose de la découvrir avec moi le temps de cette review.

Vous pouvez désormais montrer votre appréciation et soutenir mon travail en “tipant” (on peut tiper gratuitement) sur CE LIEN.

Je vous laisse voir la présentation vidéo :

 

Voici un article sur le G3.

 

 

 

La boite en carton est relativement sobre. On y retrouve deux dessins de G3 ainsi que le logo LCT et la dénomination LC3-series.

 

A l’intérieur, tout est enchâssé dans une coque en plastique thermoformé et une plaque en mousse légèrement sous-dimensionnée protège le contenu.

On y trouve :

-La réplique du G3-SG1. Constituée majoritairement d’acier et de plastique, elle mesure 1023 mm pour une masse de 4600 grammes.

-Un chargeur “flat” mid-cap de 140 billes.

-Une tige pour monter le levier de chargement. (Vidéo explicative ICI)

-Un bipied.

-Un dog tag.

-Un manuel d’utilisation.

-Un catalogue LCT.

 

 

 

Le modèle SG1 est en quelque sorte le modèle “fusil de précision” du G3. Il est de ce fait assez long et un bipied amovible ainsi qu’un appui-joue complètent son équipement.

La crosse, l’avant du levier de chargement et le garde-main sont en plastique, le reste est en acier.

 

En l’absence de licence (dont Umarex est détenteur), ce LC-3 ne comporte aucun marquage HK.

 

Le sélecteur est un classique SEF (Sicher pour sûreté, Einzelfeuer pour coup par coup et Feuerstoß pour rafale), nos amis américains ont rebaptisé ce sélecteur en Safe/Economical/Fun 🙂

 

Ses crans sont très bien marqués et il est bien ferme. Il n’est pas ambidextre.

 

Dommage, le repère côté droit ne bouge pas lorsque l’on manipule le sélecteur.

 

La poignée pistolet est vraiment old school. Elle est très inconfortable à cause d’une belle marque de moule et elle ne conviendra pas aux grandes mains… Dommage.

 

Le pontet n’est pas très large et héberge la GROSSE queue de détente.

 

Pour éjecter le chargeur, vous aurez le choix entre un bouton latéral et une palette selon que vous soyez plutôt fan d’AR-15 ou d’AK.

 

Ah, la référence et le numéro de série se cachent dans le puits de chargeur. Notez les deux griffes à l’avant. Les chargeurs du LC3 s’insèrent à la manière des chargeurs d’AK, avant en premier puis verrouillage à l’arrière.

 

La crosse en plastique est montée sur un châssis en acier. Elle dispose de deux trous pour placer les goupilles lors du démontage et il y a un appui-joue en caoutchouc.

 

Un emplacement à gauche permet de fixer une sangle.

 

La plaque de couche en plastique dur est amovible. Cela permet d’installer la batterie dans ce grand espace vide.

 

Notez la prise mini Tamyia.

 

Les finitions sont sympathiques et on retrouve même quelques bandes de soudure propres à la fabrication du G3

 

Au niveau du sommet de la réplique, on retrouve des emplacements pour rail spécifique dont le MP5 a hérité plus tard.

 

Il n’y a pas de cache-poussière mais une fausse culasse recule lorsque l’on tire sur le levier de chargement.

 

Cela dévoile la molette de réglage du hop-up. Elle est assez ferme pour ne pas bouger en jeu.

 

Le levier est en acier, sa poignée de manipulation est couverte de plastique.

 

On peut le verrouiller en arrière et se faire plaisir avec du bon vieux “HK slap” !

 

A l’avant, un anneau est fixé sur le bloc d’emprunt des gaz pour qu’on puisse y fixer une sangle.

 

Le canon externe est orné d’un cache-flamme en acier.

 

Les cannelures ressemblent à celles présentes sur l’arme.

 

Cette languette verrouille le bipied. Pour l’ôter appuyez sur la languette et faites glisser le bipied sur le côté.

 

 

Le bipied est bien intégré sur le garde-main mais lorsqu’on manipule la réplique il ballote de part et d’autre, c’est désagréable.

 

Cette série de photos m’a permis de voir qu’un tout petit marquage LCT était présent sur le garde-main.

 

Et que deux trous métalliques filetés y étaient intégré.

 

Pour déplier les pieds il faut actionner ces pièces. Sur mon exemplaire les ressorts sont tellement forts qu’il faut utiliser un tournevis. Le nouveau propriétaire de ce LC-3 a d’ailleurs changé les ressorts.

 

Pas très pratique mais tellement vintage !

 

 

 

Les organes de visée du G3 vous disent forcément quelque chose car ils sont présents depuis des décennies sur beaucoup de productions H&K.

A l’avant un cran est protégé par un anneau.

 

A l’arrière un tambour rotatif à 4 positions permet d’ajuster la visée en fonction de la distance.

 

Je ne suis pas fan de ce genre de visée mais elle a fait ses preuves.

 

 

Le chargeur mid-cap de 140 billes est composé d’une coque externe en acier et d’un interne en plastique.

 

Deux version existent, à vous de voir lequel vous plait le mieux.

 

A l’avant on peut voir la pièce en plastique qui vient se verrouiller dans la réplique.

 

Si vous avez des soucis de remontées de billes, démontez la plaque inférieure et sortez l’interne.

Les vis sont parfois trop serrées, du coup les billes se coincent. Desserrez un peu les vis, cela devrait résoudre vos problèmes.

 

 

 

Il est temps de voir ce que la réplique a dans le ventre. Pour commencer je vais ôter le garde-main. Pour ce faire il faut retirer la goupille située à l’avant.

 

On peut remarquer une plaque métallique à l’intérieur. Le garde-main du G3 Marui est compatible si jamais vous avez les deux chez vous et voulez changer un peu de look.

 

On peur remarquer la présence de soudures conformes à celles présentes sur l’arme.

 

Je vais enlever la crosse maintenant. Retirons les deux goupilles arrières.

 

Il faut ensuite démonter le moteur, à commencer par la plaque inférieure de la poignée pistolet.

 

ATTENTION : en gris vous pouvez voir la cale, n’oubliez-pas de la remettre avant de remonter la plaque.

 

Le moteur est un high-torque estampillé LCT.

 

Deux vis cruciformes maintiennent la poignée sur la gearbox. Otez-les pour retirer la poignée.

 

Il faut maintenant enlever la goupille située à l’avant du pontet.

 

On peut désormais séparer le receveur inférieur du receveur supérieur en faisant glisser ce dernier vers l’avant.

 

On peut alors accéder au canon interne et au hop-up.

 

Le bloc en plastique est de bonne qualité.

 

Le canon en laiton mesure 515 mm pour un diamètre de 6.07mm.

 

Voilà pour le démontage sommaire. Pour le remontage, inversez les étapes.

 

Si vous souhaitez déposer la gearbox pour la remplacer ou l’ouvrir, il va falloir enlever deux goupilles. La grosse goupille à l’arrière est maintenue par un clip qu’il faut ôter.

 

La seconde goupille est située derrière le sélecteur de tir. Elle est accessible si le sélecteur est en position sûreté.

 

On peut enfin retirer la gearbox.

 

Il s’agit d’une V2.

 

Dommage que LCT n’ait pas fait un système de changement de ressort rapide… Il va falloir ouvrir…

 

8 vis maintiennent la coque fermée.

 

Bon, j’aime bien ce que je vois au premier coup d’œil. C’est propre, bien lubrifié mais pas trop.

 

Les engrenages en acier 18:1 sont montés sur des roulements de 9mm.

 

Le guide de ressort est équipé d’un roulement à billes.

 

Le piston en polymère est équipé d’une crémaillère 15 dents en acier. La tête de piston est en aluminium usiné par CNC.

 

Les évents permettent de bien plaquer le joint torique lorsque le piston est relâché.

 

La tête de cylindre en aluminium usiné par CNC est montée sur un cylindre plein. Elle est équipée de deux joints toriques et d’un pad en caoutchouc.

 

Le tappet plate est en plastique.

 

Le nozzle en plastique dispose d’un joint torique interne.

 

Il mesure 21.44mm.

 

Voici quelques plans des engrenages LCT. Notez la présence d’un delayer sur le bevel gear. Il permet d’avancer l’ouverture et de retarder légèrement la fermeture du nozzle afin de mieux chambrer les billes.

 

Les contacteurs électriques sont classiques, pas d’électronique embarquée ni de micro-contact dans cette gearbox LCT.

 

 

 

 

-Chronographe

-Batterie LiPo 7.4V 1500mAh.

-Billes 0.20g bio Xtreme Precision et 0.25g bio ASG Open Blaster.

 

Et bien j’ai été surpris de voir qu’en sortie de boite on était aux alentours des 300 FPS pour une cadence de tir de 13.5 billes par seconde ! Pour une réplique de fusil de précision on est loin du compte mais les surprises n’étaient pas finies !

En effet, si un changement de ressort sera le bienvenu pour aller titiller les 350 ou 400 FPS, ce LC3 propose des performances en sortie de boite qui ne déméritent pas face à des répliques plus puissantes. La réactivité est conforme à ce que l’on peut espérer d’un contacteur classique et d’engrenages 18:1.

La précision est bonne pour peu que l’on prenne son temps (ce qui n’est pas toujours mon cas !), les trajectoires sont planes grâce au très bon hop-up et même à 45 mètres c’est du quasi 100% sur un mannequin. J’ai pu voir l’efficacité de cette canne à pêche sur le terrain et ça ne faisait pas les fanfarons en face !

 

Je vous laisse voir ça en vidéo :

 

 

Quel dommage que LCT et Umarex ne travaillent pas ensemble ! Certes les répliques seraient encore plus chères mais j’avoue être friand des répliques avec marquages conformes !

Cela dit, on s’en passe très bien sur le terrain et les performances de tir font vite oublier cette absence de marquages. Mon exemplaire tirait très peu fort mais la portée était bonne, comme quoi on a beau vous le dire et redire, la puissance d’une réplique ne fait pas sa portée… Par contre il serait bienvenu qu’en 2019 LCT se décide à fabriquer des gearbox avec un changement de ressort rapide. Des marques beaucoup moins chères le font depuis DES ANNÉES.

Les finitions sont très chouettes et ces 5 kilos d’acier vous feront bien travailler les bras et le dos. Le bipied est malheureusement plus gadget qu’autre chose car d’une part il est difficile à déployer, et d’autre part il s’avère un peu gênant même lorsqu’il est placé contre le garde-main.

Bref, ce LC-3 est une belle réplique vintage qui mérite qu’on s’y intéresse surtout au vu du nombre de modèles disponibles chez LCT.

J’espère que cet article vous aidera à déterminer si le LC-3 est un bon choix en ce qui vous concerne. N’hésitez pas à commenter en bas de page et à nous parler de votre expérience de jeu avec cette canne à pêche !

Je vous rappelle également que vous pouvez désormais tiper (même si vous n’avez pas d’argent !) en suivant CE LIEN !

 

-Qualité de fabrication.

-Bonnes performances en sortie de boite.

-Beaucoup de place pour la batterie.

 

 

-Absence de marquages.

-Puissance un peu basse en sortie de boite.

-Pas de changement de ressort rapide.

-Bipied très dur à déplier.

-Ca va être difficile si vous manquez de muscles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.