Review G&G TR16 MBR .308 SR

 

12 janvier 2020.

 

J’aime les répliques en 7.62.

Voilà, c’est dit.

Du coup, lorsque G&G a sorti les modèles SR16 MBR308, j’ai sauté dessus. En plus, elle est équipée de leur gearbox que nous attendions depuis 2013, champagne !

Grâce à OPS Store j’ai cassé la tirelire pour pouvoir vous proposer cette review et je vous propose de voir ce que cette production G&G a dans le ventre !

Vous pouvez désormais tipper (même gratuitement, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

Voici la vidéo de présentation :

 

 

 

Il s’agit d’une plate-forme sur base AR-10 qui ne reproduit pas forcément une arme de la vie réelle.

 

 

La boite G&G reprend les codes graphiques de la gamme Top Tech, c’est-à-dire le haut de gamme du fabricant taïwanais.

 

A l’intérieur, la réplique et ses accessoires sont bien calés dans une coque en polystyrène compact.

On y trouve :

-La réplique. Majoritairement fabriquée en alliage d’aluminium et en polymère, elle mesure entre 860 et 950 mm et pèse 3035 grammes.

-Un chargeur 40 billes.

-Une tige de nettoyage.

-Un BB-loader.

-Un manuel d’utilisation.

 

 

 

 

Malgré sa longueur imposante, la réplique n’est pas très lourde. Cela est dû aux matériaux utilisés et aux nombreux usinages du garde-main.

Les différents contrôles sont efficacement placés et la prise en main est excellente.

 

Cette réplique n’est soumise à aucune licence d’arme réelle, on a donc des marquages G&G sur le receveur inférieur…

 

 

 

Le sélecteur ambidextre dispose de 3 positions : sûreté, semi et rafale illimitée. Il est possible de programmer des fonctions comme vous avez pu le voir dans la vidéo de présentation.

On remarque également l’implantation à 90° au lieu des habituels 180°.

 

Le pontet dispose de rainures (on remarque également le CE) et la queue de détente “sport” également.

 

Le bouton d’éjection du chargeur et l’arrêtoir de la fausse culasse sont ambidextres.

 

Les lignes du corps du MBR308 sont assez harmonieuses malgré les angles bien marqués, mais ce n’est que mon avis…

 

La trappe cache-poussière est en plastique.

 

Lorsque l’on actionne le levier d’armement ambidextre, elle recule et vient découvrir le système de réglage du hop-up.

 

C’est une molette crantée. Notez que la fausse culasse reste en arrière, rendant le réglage plus facile.

 

La poignée pistolet ergonomique est confortable. Malgré mes petites mains, je ne suis pas gêné.

 

Si vous aimez maintenir votre réplique par l’avant du puits de chargeur, des rainures permettent de bien se caler !

 

Un double anneau de sangle en métal est posé devant le tube de crosse. On peut voir que l’écrou et le tube ne font qu’un.

 

 

La crosse G&G en plastique est très confortable. Elle est montée sur un tube 6 positions afin d’adapter votre prise en main.

 

 

Elle dispose d’un compartiment étanche dans lequel on peut mettre des piles.

 

La position peut être verrouillée en clipsant la manette de réglage.

 

Un insert métallique permet d’attacher un anneau de sangle quick-detach de chaque côté de la crosse.

 

Le talon de crosse, au revêtement caoutchouté, pivote une fois le petit bouton pressé. On peut alors accéder à la prise.

 

Ici le fusible et la prise mini Tamiya.

 

Et si on tire un peu plus, on découvre le MOSFET.

 

Mais que serait le MBR308 sans son garde-main Keymode de 16 pouces ? Il est long mais ultra-léger.

 

Le garde-main est gravé de chaque côté.

 

Comme vous pouvez le constater, il n’y a pas d’interruption entre le receveur et le rail, on peut poser des accessoires partout.

 

Le cache-flamme est très sympa, il est fixé sur le canon externe fileté en 14mm antihoraire (CCW).

 

ATTENTION : Pour défaire le cache-flamme, ne forcez surtout pas ! Il est maintenu en place par une petite vis à laquelle on accède à travers un port Keymode

 

 

 

 

Les organes de visée dépliables (flip-up) sont en métal. A l’avant, le guidon dispose d’un cran qui peut être réglé en hauteur.

 

A l’arrière, la hausse peut être ajustée en hauteur et en dérive via des molettes.

 

La prise de visée est rapide. Notez que vous pouvez démonter les organes de visée pour les remplacer par un modèle qui vous plait mieux.

 

 

La réplique est livrée avec un chargeur low cap de 40 billes. Il est très joli avec ses fausses balles apparentes.

 

Le poussoir permet de tirer jusqu’à la dernière bille.

 

Ca tombe bien car ce petit bouton active l’arrêt de tir en fin de chargeur !

 

 

 

Passons au cœur de la review : le démontage. Commençons par chasser la goupille avant pour séparer les deux receveurs.

 

 

G&G ne nous a pas menti, il s’agit bien d’une gearbox G2H.

 

Joli nozzle ma foi !

 

Nous pouvons désormais faire coulisser l’ensemble canon interne/hop-up vers l’arrière pour les libérer.

 

La taille du canon est adaptée à la longueur du canon externe.

 

G&G a utilisé le nouveau hop-up rotatif de la marque. Il dispose de crans pour un réglage fin et qui ne bouge pas.

 

 

Et qui dit nouveau bloc, dit nouveau joint bleu à la place du joint vert. G&G m’a dit que le joint vert n’était pas très efficace avec ce bloc… Mouais…

 

En tout cas, le profil du joint est différent du précédent.

 

Le canon en laiton fait 400mm de long pour un diamètre de 6.09mm.

 

 

Si vous avez besoin de démonter le garde-main, il tient par des vis et coulisse ensuite vers l’avant.

 

Cela permet simplement de voir que G&G a reproduit le tube d’emprunt des gaz.

 

Attaquons-nous au moteur en enlevant la plaque inférieure.

 

G&G a mis le très bon moteur IFRIT dans cette réplique. Cela assure de bonnes performances tant en cadence qu’en réactivité.

 

 

Des vis tiennent la poignée pistolet, enlevons les !

 

Puis c’est au tour du bouton d’éjection du chargeur qui lui aussi tient par une vis.

 

Pour retirer l’arrêtoir de culasse, il faut ôter cette petite goupille à l’aide d’un mini tournevis.

 

De l’autre côté on chasse une petite goupille.

 

Pour pouvoir sortir la gearbox, il faut chasser cette grosse goupille…

 

…puis cette petite goupille…

 

 

…puis dévisser le tube de crosse…

 

…et enfin déposer les sélecteurs de tir. ATTENTION à ne pas perdre les petits ressorts et les petites billes.

 

Une fois la gearbox sortie du corps, on peut ôter la cale en plastique présente à l’arrière.

 

On peut alors accéder au guide de ressort à changement rapide (QC : quick change).

 

Et voilà le travail, il suffit de tout remonter dans l’ordre inverse 🙂

 

J’en ai profité pour remplacer l’ETU de base par un ETU de chez Perun qui permet d’accéder à beaucoup plus de fonctions et qui est un peu plus compact.

 

 

Il est temps de regarder ce que cette gearbox V2 G2H a dans le ventre !

Je vous laisse regarder la vidéo de présentation des fonctions par G&G si vous êtes un peu curieux.

 

Pour éviter que tout ne nous saute au visage lors de l’ouverture, commençons par ôter le ressort et son guide.

 

Cela permet de voir que le guide est équipé d’un roulement à billes.

 

Il faut ensuite ôter le système d’arrêtoir de la fausse culasse.

 

J’en profite pour vous montrer le petit interrupteur d’arrêt de tir en fin de chargeur.

 

Lorsque la dernière bille a été tirée, une petite pièce du chargeur vient actionner l’interrupteur et couper l’alimentation de la gearbox.

 

Inutile de démonter la fausse culasse, G&G a prévu des usinages pour pouvoir enlever les vis du tour de gearbox.

 

N’oublions pas de déposer le renvoi du sélecteur de tir avant de séparer les deux demi coques.

 

Et voilà ! Les parois à l’avant de la GB font 5mm là ou avant elles ne faisaient que 2.3mm.

 

Les engrenages sont posés sur des roulements à billes de 8mm

 

Le calage était bon et la lubrification n’est pas excessive.

 

Une vue sur l’Electronic Trigger Unit (ETU) qui équipe cette gearbox.

 

Une pièce en plastique protège les câbles de l’axe moteur.

 

 

Le piston en plastique est équipé d’une crémaillère en acier.

 

La tête de piston ventilée est en plastique. J’ai dû refaire un peu l’étanchéité car le joint torique s’était un peu rétracté.

 

Le piston est équipé d’un orifice diminuant le volume d’air expulsé. J’aurais cru qu’un canon de 400mm méritait un piston plein !

 

La tête de cylindre est en aluminium anodisé orange. Elle dispose d’un double joint torique.

 

Le nozzle de la même matière dispose également d’un double joint torique.

 

La tappet plate. Il y a un marquage G2 donc elle est peut-être spécifique à cette réplique.

 

Les engrenages sont en acier.

On peut remarquer l’absence de delayer.

 

Et pour le plaisir (comme dirait Herbert LEONARD), une dernière vue sur la queue de détente et l’ETU.

 

Et voilà, vous n’avez plus qu’à tout remonter et à aller jouer !

 

 

 

 

-Chronographe Xcortech X3500.

-Billes 0.20g Bio Xtreme precision et 0.25g Bio Open Blaster ASG.

-Batterie LiPo 11.1V 1300mAh.

330 FPS au chronographe, de quoi pouvoir aller jouer partout sans se faire embêter par les organisateurs ! Cela fait cependant un peu faible si vous souhaitiez utiliser le MBR308SR en tant que contre-snipe ou DMR.

La cadence de tir est honorable avec ma batterie 11.1V et entre l’interne et l’électronique, je ne pense pas que vous preniez de risques à part si vous brancher une batterie de voiture sur cette réplique !

Le hop-up fonctionne bien et lève les billes sans peine, mais la longueur du canon et le cylindre percé donnent l’impression qu’il manque un peu d’air pour pouvoir atteindre la portée que l’on attend d’une telle canne à pêche !

Lors de mes tests, j’ai eu un peu de vent et quelques rafales qui ont éparpillé mes billes mais lors des accalmies, c’était globalement du point visé/point touché.

Je vous laisse voir ça en vidéo et j’en profite pour vous rappeler que je ne fais pas de tests de précision ni de groupement, je cherche simplement à savoir si on peut toucher un copain lors d’une partie.

 

 

 

J’ai été bluffé par la qualité globale de ce MBR308SR ! Je m’en serais voulu de passer à côté et comme j’aime bien le format .308 /7.62 sur ce genre de plate-forme, je suis d’autant plus content de mon achat.

Les finitions sont bonnes, l’interne semble solide et le nouvel ETU est un peu plus compact que le modèle rouge, ce qui laisse plus de place pour la batterie. Les contrôles ambidextres en font une réplique idéale pour droitiers et gauchers.

Malgré sa longueur, le MBR est léger et maniable et les emplacements Keymode lui donnent une bonne modularité. Dommage que G&G ne nous mette pas une paire de rails dans la boite, pour le prix ce serait un plus…

N’hésitez pas à commenter en bas de page pour nous raconter vos expériences avec cette réplique.

Je vous rappelle que vous pouvez désormais tipper (même gratuitement, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

 

 

 

-Look très sympathique.

-De chouettes chargeurs.

-Arrêt de tir en fin de chargeur.

-ETU et ses fonctionnalités.

-Bonnes performances par temps calme.

 

-Franchement je ne vois pas…

-Ah si ! Ressort à changer si vous voulez en faire un DMR.

-Et forcément, il faut déposer la gearbox pour changer le ressort.

-Et il faut acheter des rails Keymode si on veut accessoiriser le garde-main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.