Review G&G GTP-9

 

15 avril 2020.

 

Juste après l’IWA 2018, G&G m’a envoyé un exemplaire du GTP-9 (numéro 32, le début de production…). Cette réplique devait être disponible à la fin de l’été de la même année, le mot d’ordre était donc de la tester de façon extensive afin de pouvoir donner un feedback intéressant.

Je vous propose aujourd’hui la review (presque) complète de ce lanceur de billes au look bien particulier !

Vous pouvez désormais tipper (même gratuitement et autant de fois que vous le voulez, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

 

Avant de commencer votre lecture, je vous propose de regarder le déballage de la réplique et mes premières impressions :

 

 

 

Il s’agit ici d’un design fantaisiste mais certains abonnés y ont trouvé des airs de Canik TP9, à vous de voir…

Au passage c’est Cybergun qui vient de signer la licence Canik…

 

 

La mallette rigide fournie avec la réplique est de bonne facture et protège bien son contenu. Un logo G&G Armament argenté y est inséré.

 

A l’intérieur, la réplique et ses accessoires sont bien maintenus. Une plaque argentée rappelle le nom de la réplique et le numéro de série.

Elle contient :

-La réplique. Majoritairement constituée de plastique, elle mesure 220 mm pour une masse de 770 grammes.

-Un chargeur à gaz pouvant contenir 22 billes.

-Un manuel d’utilisation.

-Un dosseret (backstrap) additionnel.

-Un BB-loader.

-Je crois que les versions actuelles sont livrées avec un patch.

 

 

 

 

Du full plastique mais des lignes intéressantes sur ce GTP9. La prise en main est bonne et les différents contrôles sont accessibles facilement.

 

Faites tourner la réplique à l’aide de votre souris.

 

 

La glissière en plastique est pourvue de marquages G&G Armament.

 

Son démontage s’effectue en baissant le petit loquet métallique situé juste au dessus du pontet.

 

 

Un marquage de calibre 9mm x 19 est situé près de la fenêtre d’éjection.

 

Une plaquette comportant le numéro de série est collée à l’arrière gauche de la carcasse.

 

Et côté droit un rappel concernant la lecture du manuel.

 

 

GTP9 est moulé sur la crosse. On peut remarquer le revêtement antidérapant. Il est confortable.

 

La ligne de la crosse est agréable, les différents dosserets permettent d’adapter la prise en main. Nous verrons comment le changer dans la partie démontage.

 

A l’avant, un motif type damier assure un bon maintien de la réplique.

 

 

La queue de détente est pourvue d’un mécanisme type “safe action” comme sur les Glocks et d’autres armes réelles. Tant que vous n’appuyez pas sur la partie centrale escamotable de la queue de détente, il est impossible de tirer.

 

 

Le bouton d’éjection du chargeur est ambidextre. Comme sur beaucoup de pistolet H&K, il est situé à l’arrière du pontet et peut être actionné par le pouce ou l’index.

 

 

Un rail permet d’attacher des accessoires compatibles. ATTENTION : certaines lampes et lasers ne sont pas compatibles car le rail est un peu large.

 

Un faux extracteur est présent sur la glissière.

 

 

Un cran de sûreté supplémentaire est situé sous l’arrêtoir de glissière, il permet de bloquer l’action de la queue de détente.

 

Il n’y a pas de marteau apparent sur le GTP-9.

 

Des stries de préhension sont moulées à l’arrière et à l’avant de la glissière.

 

 

 

Une bague protège le filetage du canon externe.

 

Pour une raison qui m’échappe, G&G a choisi de fileter son canon en 12mm antihoraire (CCW). Il faudra donc trouver un adaptateur si vous souhaitez installer un traceur ou un modérateur de son…

 

 

 

Les organes de visée sont fixes. A l’avant, le guidon est pourvu d’un marquage blanc en forme de T inversé.

 

 

 

A l’arrière, la hausse dispose de deux traits blancs.

 

 

La visée est rapide et intuitive.

 

 

 

 

Le chargeur à gaz peut héberger 22 billes.

 

Le remplissage s’effectue via la valve située au niveau du talon de chargeur.

 

Des marquages de capacité similaires aux chargeurs Glocks ont été moulés à l’arrière.

 

 

La planchette élévatrice peut être bloquée vers le bas pour faciliter le chargement en billes.

 

 

L’insertion se fait par les lèvres du chargeur avec le BB-loader fourni dans la mallette.

 

 

 

 

Pour séparer la glissière de la carcasse, on baisse le levier de rétention et on pousse la glissière en avant.

 

 

La mécanique est bien entendu propriétaire… En tout cas, tout est correctement lubrifié.

 

 

On peut maintenant retire la tige-guide et le ressort récupérateur.

 

Puis sortir l’ensemble canon externe/interne et hop-up.

 

 

Ici nous pouvons retirer l’ensemble hop-up/canon interne du canon externe. Ici encore, tout est propriétaire…

 

 

Le système de réglage du hop-up est situé à l’avant du canon, il faut visser ou dévisser en utilisant l’outil présent dans la crosse.

 

 

Un ressort permet au système de revenir vers l’avant.

 

Même le joint est propriétaire. Les habitués reconnaitrons la couleur mais il ne s’agit pas du très bon G&G vert équipant leurs AEG…

 

L’amplitude de réglage est assez importante mais je ne suis pas convaincu par l’appui, composé d’une unique bille d’acier…

 

Merci à Yohann pour l’astuce de démontage, je n’avais pas osé forcer mais la bague montée sur le canon interne étant posée au frein-filet, il faut un peu forcer avec un tournevis plat à lame adéquate pour dévisser le système.

 

 

Une fois la baque du canon enlevée on peut dévisser la bague de réglage. ATTENTION : au remontage, remettez bien la bague de réglage en premier puis la bague du canon interne.

 

on peut ensuite séparer le système en deux. ATTENTION : ne perdez pas la petite bille qui fait appui sur le joint.

 

N’oubliez pas de remettre le ressort autour du canon interne au remontage…

 

On peut retirer le joint spécifique.

 

Le système fait avancer ou reculer le canon, la bille glisse dans cette gorge et appuie sur le bourrelet du joint.

 

Appui fin pour bourrelet large, je ne suis pas convaincu…

 

 

Le canon en laiton est spécifique, il mesure 102mm pour un diamètre de 6.04mm.

 

 

 

 

Le nozzle a l’air solide, on peut voir derrière une roulette qui aide à fluidifier le cycle et limiter l’usure.

 

Après un bon nettoyage et une lubrification adéquate, on peut tout remonter.

 

 

Comme promis, je reviens sur le changement de dosseret. La réplique est livrée avec deux tailles différentes.

Un gros.

 

Et un fin.

 

Pour faire l’échange, il faut simplement faire glisser le dosseret vers le bas, il faut forcer un peu pour le débloquer.

 

 

 

 

 

 

-Chronographe Xcortech X3500.

-Green gas ATM130 PSI.

-Billes bio 0.20g Xtreme precision et 0.25g Airsoft Surgeon.

 

Avec une moyenne de 313 FPS, le GTP9 reste dans la norme et les tirs sont relativement réguliers. On peut tirer une quarantaine de billes avec une charge de gaz, c’est un peu moins de deux chargeurs…

Le hop-up souffre à mon avis de son appui trop étroit. Les trajectoires sont “spéciales”, la bille monte très lentement et redescend également lentement, on n’a jamais vraiment une trajectoire très plane et ça se voit à partir d’une vingtaine de mètres.

Ceci étant dit, j’ai tout de même pu toucher le mannequin situé à 45 mètres sans avoir à viser très haut. Certes les répliques de poing ne sont pas faites pour tirer à de telles distances mais il est toujours intéressant de tester ce point.

A 5 et 10 mètres, les groupements sont excellents (le tireur un peu moins…).

Le kick n’est pas phénoménal mais par rapport à la vidéo de présentation c’est mieux, peut-être qu’un rodage était nécessaire…

Je vous laisse voir tout cela en vidéo :

 

 

J’ai largement eu le temps de changer d’avis sur le GTP9 au fil des mois…

Je n’étais pas convaincu par ce système, j’attendais surtout la conversion carabine sortie l’an passé en Asie, mais au fur-et-à-mesure des mois, j’ai appris à aimer et respecter cette réplique malgré ses défauts…

Les pièces sont propriétaires, ça kick un peu mou par rapport à mes attentes et les trajectoires des billes sont bizarres mais le look atypique et la présentation soignée du GTP-9 donnent envie pour qui veut changer des sempiternels Glocks/1911…

La prise en main est agréable et les gauchers n’ont pas été oubliés grâce aux commandes ambidextres.

Le prix est raisonnable et une large gamme de couleurs est désormais disponible, à vous de voir si le GTP9 peut vous plaire. N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences en bas de page.

 

Je vous rappelle que vous pouvez désormais tipper (même gratuitement, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

 

-Look sympathique.

-Présentation soignée.

-Prix raisonnable.

-Cycle très doux.

-Prise en main agréable.

-Contrôles ambidextres.

 

-Tout est propriétaire.

-Kick un peu mou.

-Difficile à améliorer.

-Filetage de canon externe non standard.

-Rail trop épais pour certaines lampes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.