Review Lancer Tactical M4 SPR Interceptor

 

1er août 2020.

 

Lancer Tactical est une entreprise américaine basée en Californie qui conçoit et distribue du matériel dédié à l’airsoft. Ils se présentent comme étant numéro 1 aux USA. Bien entendu, leurs produits sont fabriqués en Asie…

En 2018, un distributeur (Europarm/sport attitude) s’est décidé à importer la marque sur notre territoire et ont créé Lancer Tactical Europe. Les responsables de boites françaises, n’ayant pas encore compris que la communication est importante pour faire connaitre un produit, ont mis un certain temps avant de réaliser que répondre à mes messages pouvait leur donner un peu de visibilité…

J’ai donc reçu deux exemplaires, un d’entrée de gamme et un des plus chers proposés par LT. Je vous propose de commencer par le modèle le moins cher et de voir ce qui se cache dans sa boite !

Vous pouvez désormais tipper (même gratuitement et autant de fois que vous le voulez, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

 

Je vous laisse voir ou revoir la vidéo de présentation :

 

 

Il s’agit d’une réplique sur base AR-15.

 

 

Les répliques Lancer Tactical (LT) sont livrées dans des boites cartonnées aux couleurs de la marque. Les premières versions de répliques vendues aux USA par LT n’ont pas été un franc succès, il s’agit donc ici des GEN2 et on ne peut pas louper l’info sur la boite !

 

La boite est bien pleine. La réplique et ses accessoire sont calés dans une coque en pulpe de papier thermoformée.

On y découvre :

-La réplique, ici le modèle en nylon fibré. Elle mesure entre 790 et 905 mm pour une masse de 2500 grammes.

-Un chargeur Hi-cap de 300 billes.

-Une batterie NiMh 9.6V 1600mAh.

-Un chargeur de batterie.

-Un tournevis et deux vis.

-Une extension de rail/cache-flamme.

-Un patch.

-Un ressort M90.

-Un manuel d’utilisation.

-Des autocollants.

 

 

 

Cette version de l’Interceptor est également disponible en métal pour un prix plus élevé.

L’avantage de cette gamme en nylon fibré est de proposer des répliques abordables pour un premier achat si on n’est pas certain de savoir si l’airsoft nous plaira.

De plus, sa faible masse permet une bonne maniabilité malgré sa taille. Les contrôles sont facilement accessibles, bref, c’est une base AR-15…

 

Le receveur inférieur est gravé. On y retrouve le logo de la marque ainsi que le calibre de nos billes et un numéro de série propre à chaque réplique.

 

Un discret made in China prend place sous le pontet.

 

Du côté droit, pas de marquages à part les symboles du sélecteur de tir. Ce dernier n’est pas ambidextre.

 

Il y a trois positions: sûreté, semi et full.

 

Petit défaut, le corps n’a aucun arrêtoir. Du coup, on peut faire tourner le sélecteur au delà de la position SAFE.

 

A l’avant, on a un design qui permet une bonne prise en main si on aime tirer en tenant le puits de chargeur.

 

L’arrêtoir de culasse n’est pas fonctionnel, il faudra maintenir la poignée de chargement en arrière pour ajuster le hop-up.

 

 

Le bloc est un modèle à molette radiale. Ce genre de bloc est désormais courant sur les répliques de ce genre de gamme.

 

La trappe cache-poussière est en métal.

 

La crosse type SOPMOD en plastique est montée sur un tube lui aussi en plastique disposant de 6 emplacements.

Un emplacement QD en métal est présent de chaque côté de la crosse.

 

La plaque de couche est constituée d’un bloc en caoutchouc monté sur une plaque en plastique. Elle est amovible pour permettre l’insertion de la batterie.

 

Ici la connectique mini Tamiya.

 

Certaines marques devraient prendre exemple, il y a un double anneau attache sangle au niveau du tube de crosse.

 

La poignée type Tango Down est confortable. Sa texture n’est pas agressive.

 

Le pontet est moulé dans le receveur inférieur. Il est assez long pour permettre l’utilisation de gants.

La queue de détente est un modèle classique.

On peut également voir le bouton d’éjection du chargeur.

 

Le long garde-main est en plastique. Il dispose de ports M-LOK et de rails Picatinny.

 

Le cache-flamme est en métal, il est monté sur un filetage de 14mm antihoraire (CCW).

 

 

Un compensateur type “jailbreak” peut être vissé sur l’avant du garde-main.

 

Les vis et le tournevis sont inclus dans la boite.

 

 

 

 

L’interceptor est équipé d’organes de visée rabattables (flip-up) en plastique.

A l’avant, le guidon peut être ajusté en hauteur.

 

A l’arrière, la hausse dispose de deux orifices de diamètre différents. Elle peut être ajustée en dérive.

 

 

 

Le chargeur fourni est un modèle Hi-cap pouvant contenir dans les 300 billes.

 

On insère les billes par cette trappe.

 

Puis on fait tourner la molette pour faire remonter les billes.

 

 

 

 

Pour accéder rapidement au canon interne et au hop-up, il suffit de séparer les deux receveurs. Ils sont maintenus par une goupille verrouillée par une vis.

 

Il se peut que la fausse culasse tombe lors de l’ouverture.

 

Retirons le canon.

 

Ce genre de bloc hop-up est relativement efficace, nul besoin de le remplacer à part si vous avez de l’argent à dépenser…

 

Le joint a été monté à la graisse, c’est l’occasion de le nettoyer.

 

Le canon en laiton mesure 369mm pour un diamètre de 6.03mm. Pas mal pour une réplique à ce prix.

 

Autre caractéristique intéressante, il suffit de retirer le tube de crosse pour accéder au guide de ressort. C’est très pratique pour adapter l’énergie de sa réplique en fonction des règles locales.

 

Par contre, sur mon exemplaire, la gearbox était légèrement désaxée du corps. Il fallait un peu insister pour que le guide de ressort puisse sortir.

 

Un second ressort est fourni dans la boite.

 

Le guide de ressort est tout simple, ni rondelle ni roulement ne viennent favoriser la rotation du ressort.

 

Pour enlever le moteur, il faut préalablement retirer la plaque inférieure. La grosse vis au centre permet de régler le calage moteur.

 

Aucune idée du type de moteur utilisé ici…

 

Quatre vis maintiennent la poignée pistolet à la gearbox.

 

Pour retirer cette dernière, il reste à ôter le bouton d’éjection de chargeur. Il se dévisse.

 

Puis on retire les deux dernières goupilles…

 

Et voilà !

 

Voici la gearbox V2 qui donne vie à l’Interceptor.

 

Ils ont pris la peine de mettre le logo de la marque sur la coque.

 

Il faut ôter 9 vis pour ouvrir. Comme j’ai retiré le ressort, rien ne devrait gicler…

 

Hop !

Et bien c’est plutôt propre, je m’attendais à pire. Les engrenages étaient plutôt bien calés et l’étanchéité est bonne.

 

Les engrenages sont montés sur des bushings en métal.

 

Le piston en plastique est muni d’une crémaillère en acier de 14 dents.

 

La tête de piston est en plastique. Elle est munie d’évents qui permettent de plaquer le joint torique sur les parois du cylindre lors du mouvement avant.

 

Le cylindre est en métal, une légère anodisation rouge y est apposée.

 

La tête de cylindre est en polymère.

 

Le tappet plate et le nozzle sont en plastique.

 

Le nozzle ne dispose pas de joint torique.

 

Il mesure 21,32mm.

 

Cette gamme est équipée d’un système de contacteur à chariot.

 

Les engrenages sont en acier frité. Le sector gear est équipé d’un delayer (retardateur). Cela permet d’optimiser l’approvisionnement en billes en cas de grosses cadences.

 

Aller hop, on remonte tout ça et on passe à la suite !

 

Il n’y a pas d’éclaté dans le manuel.

 

-Chronographe WoSport.

-Billes 0.20g Bio XTreme Precision et 0.25g bio Open Blaster ASG.

-Batterie LiPo 11.1V 1300mAh

 

Si la réplique sort un peu trop de FPS avec le gros ressort (415), le SP90 permet d’aller jouer presque partout en France en semi comme en full avec ses 325 FPS.

Les 15 billes par seconde de cadence de tir sont suffisantes pour effectuer un tir de suppression ou compenser de piètres compétences de visée.

Le hop-up se comporte bien une fois dégraissé et permet de lever des billes assez lourdes. Sur ma vidéo, le joint était dans son état de sortie de boite, du coup les billes tombaient un peu à partir de 35-40 mètres.  La réactivité est conforme à ce que l’on peut attendre d’un système de contacteur sur chariot, les fous du spam de détente seront déçus de ne pas pouvoir balancer 20 billes/seconde en semi auto pour contourner les règles des terrains qui n’autorisent le full que sur les mitrailleuses…

Je vous laisse voir cela en vidéo :

 

Je n’ai pas connu les “version 1” de la gamme Lancer Tactical, je ne jugerai donc pas la marque sur ses débuts chaotiques…

J’aime bien avoir plein de choses dans les boites lorsque j’achète du matériel, ici c’est le cas, une boite bien pleine qui n’oublie pas les goodies !

Et puis, pour le prix, on a une réplique certes en nylon fibré, mais qui dispose tout de même d’un système de changement de ressort rapide que n’ont pas certaines répliques 4 fois plus chères…

Si vous souhaitez une réplique en métal et munie d’un peu d’électronique, je vous mettrai bientôt en ligne la review complète de la nightwing.

Que vous soyez grand débutant à la recherche d’une première réplique pas trop chère ou que vous soyez plus expérimenté, cette Interceptor propose un rapport qualité-prix intéressant.

N’hésitez pas à nous parler de vos expériences en jeu en bas de cette review.

Vous pouvez désormais tipper (même gratuitement et autant de fois que vous le voulez, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

 

 

-Choix raisonnable pour commencer l’airsoft sans se ruiner.

-Boite bien remplie.

-Interne correct.

 

-Ne plaira pas aux allergiques au plastique.

-Guide de ressort parfois pas très bien aligné avec le receveur supérieur.

-Sélecteur de tir qui tourne au delà des crans.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.