Review Tokyo Marui Glock 17 GEN4

 

 

16 août 2020.

 

 

Il était en chantier depuis très longtemps et c’est il y a quelques semaines seulement que le Glock17 GEN4 Tokyo Marui a été mis sur le commerce.

Certes, Marui a une génération de retard mais ils en ont profité pour moderniser l’architecture de leur Glock17, reprenant les codes utilisés sur le Glock19 et la plupart de leurs répliques de poing récentes.

Je me suis procuré cette réplique chez Impulse101 et je vous propose de la découvrir au travers de cet article.

Vous pouvez désormais me soutenir en suivant CE LIEN.

 

Je vous laisse quelques instants pour voir ou revoir la vidéo de présentation :

 

 

 

 

Il s’agit d’une réplique du Glock17 GEN 4.

 

 

La boite est bien classe comme souvent avec Marui. La réplique y figure en photo à l’échelle 1:1 et est posée sur un arrière plan reprenant la texture RTF 2 (Rough Textured Frame 2)  présente sur les Glocks GEN 4 et 5.

 

A l’intérieur la présentation est soignée, tous les éléments sont enchâssés dans une coque en polystyrène recouverte d’un carton lui aussi imprimé du motif RTF. Une autre coque en polystyrène, collée sur le couvercle, permet de tout maintenir en place.

 

Le texte est sympa mais un peu passé de date. Il mentionne ce GEN 4 comme le “tout dernier modèle”, signe que le développement d’une réplique chez Marui est parfois très long…

Mais ce n’est qu’un détail.

 

On remarque l’emplacement pour le Micro Pro Sight Marui, non fourni dans la boite.

 

La petite boite contenant les accessoires esr ornée du logo Glock et une fois encore du motif RTF.

La boite est bien remplie, elle contient :

-La réplique. Majoritairement constituée de plastique, elle mesure 202 mm pour une masse de 720 grammes.

-Un chargeur pouvant contenir 25 billes.

-Quatre dosserets (backstrap) supplémentaires.

-Une goupille longue.

-Un chasse-goupille.

-Deux pièces permettant de tirer à vide.

-Une tige de nettoyage.

-Un sachet de billes.

-Un bouchon de sécurité.

-Un manuel d’utilisation.

 

 

 

 

C’est sans surprise que l’on découvre un Glock 17 GEN4, et ça tombe bien vu que c’est pour ça qu’on a payé !

La carcasse et la glissière sont en polymère pour respecter la législation japonaise. Certains joueurs sont malheureusement encore réfractaires aux glissières en plastique “paskeu ça fé pa raialiste” et préfèrent des répliques dont cette pièce est constituée d’un alliage douteux, bien leur en fasse ! Sachez que les fabricants ont été assez réactifs, une glissière Detonator en aluminium est d’ores et déjà disponible pour un petit billet de 200€ (oui, ça pique !).

La prise en main est conforme à ce que l’on peut attendre d’un Glock, la crosse est légèrement moins large que sur les GEN3 mais on peut compter sur les différents dosserets pour que la réplique s’adapte à toutes les morphologies.

 

  Faites tourner la réplique à l’aide de votre souris.

 

 

Les différents marquages sont nets et précis. Ils sont moulés dans la glissière.

 

Ici nous pouvons également voir le faux extracteur, il s’agit d’une pièce en aluminium.

 

Le numéro de série est visible sur la glissière et sur le canon externe.

 

Ce numéro de série se trouve également sur une petite plaque en métal située sous la carcasse. Elle permet en outre de mettre la réplique en sécurité lorsqu’on l’actionne dans le sens de la flèche.

 

Les marquages du canon sont bien là, il ne manque que les “proof marks”. Les marques d’épreuves effectuées en usine.

 

Des stries de préhensions sont situées à l’arrière de la glissière pour faciliter l’armement de la réplique.

 

 

Le hop-up peut être ajusté sans démonter la glissière, il suffit d’actionner cette petite roue dentée. La flèche indique le sens dans lequel tourner pour avoir plus d’effet hop-up.

 

Sur la crosse on peut voir le logo Glock à gauche et le numéro de brevet à droite. Le grip est efficace et assez agréable.

 

 

L’arrêtoir de glissière en métal est fonctionnel, il bloque cette dernière vers l’arrière lorsque le chargeur est vide.

On peut également voir l’imposant bouton d’éjection de chargeur introduit avec les GEN4. Il peut être changé de côté, je vous montrerai cela plus bas.

 

Le pontet est assez large pour que l’on puisse tirer avec des gants, la queue de détente dispose du système de sûreté “Safe Action”. Si vous n’actionnez pas la pièce du milieu vous ne pouvez pas tirer.

 

Contrairement aux GEN3 Marui on a bien les deux goupilles (notez que sur les GEN5 on est revenu sur une seule goupille).

Sous le marquage de calibre on peut voir le système de verrouillage de la glissière.

 

 

Je reviens sur la crosse. Elle est un peu moins épaisse que sur les GEN3 mais pour compenser cela, Glock (et donc ici Marui) fourni 4 dosserets additionnels afin d’adapter la prise en main à toutes les morphologies.

 

Deux dosseret “Medium” et deux dosserets “Large” sont fournis. Vous pouvez constater que 2 pièces disposent d’une “queue de castor”.

 

Marui a inclus un système de verrouillage situé au niveau du trou d’attache de dragonne. Il faut actionner la petite pièce située en bout de flèche, puis insérer le dosseret.

 

Une goupille longue est également fournie avec son chasse goupille afin de verrouiller le haut du dosseret.

 

L’intégration est parfaite. Je vous laisse voir le rendu des différents modèles.

 

Des stries sont présentes à l’avant du pontet pour les tireurs des années 80 🙂 .

 

Le canon n’est pas taraudé. On remarque néanmoins le look spécifique aux GEN4/5 de la tige-guide.

b

 

 

 

 

Les organes de visée sont conformes à ceux que l’on peut retrouver sur les vrais Glocks. A l’avant, un guidon en plastique muni d’un point blanc.

 

A l’arrière, une hausse fixe (donc inutile de taper dessus pour la faire sortir !) en plastique. Elle est munie d’un U blanc.

 

La prise de visée est facile et rapide.

 

 

 

Le chargeur à gaz en métal peut contenir 25 billes.

 

 

Les marquages de capacité réelle sont moulés sur l’arrière.

 

On insère le gaz par la valve située sur la partie inférieure du chargeur.

 

Désormais, tous les chargeurs G17/22 et assimilé de chez Tokyo Marui sont pourvus de deux encoches.

 

 

 

 

Le démontage de la glissière est identique à quasiment tous les Glocks airsoft. Armez le marteau en tirant la glissière en arrière, actionnez les boutons de verrouillage et faites revenir la glissière vers l’avant.

 

La partie mécanique contenue dans la carcasse semble compatible avec les générations précédentes mais certaines pièces peuvent avoir été améliorées.

 

Pour changer le bouton d’éjection de chargeur de côté, ôtez ce ressort, puis faites sortir le bouton.

 

Le bouton est muni d’un renfort métallique.

 

Remettez le bouton, puis le ressort, et voilà, un Glock pour gaucher !

 

La glissière contient toute la partie pneumatique ainsi que l’ensemble canon et hop-up.

 

Retirons la tige-guide et les ressorts récupérateurs. Pas de panique, ils sont solidaires et rien ne va gicler !

 

Un détrompeur permet de ne pas avoir de doutes lors du remontage.

 

On peut désormais retirer l’ensemble canon interne/externe et hop-up.

 

Un système de double molettes permet d’ajuster le réglage du hop-up.

 

Ici on voit un peu mieux la flèche

 

ATTENTION : le bloc est spécifique, n’essayez pas de le changer par un ancien modèle !

 

Dans le carré vert on peut remarquer une différence de teinte sur le canon. Marui a peint une partie de ce dernier pour que cela corresponde à la couleur du vrai canon.

Malheureusement la peinture s’en va assez rapidement.

 

Pour démonter le bloc hop-up il va d’abord falloir aligner la demi-lune de la molette avec l’emplacement de la vis avant.

 

Le joint Marui, un incontournable pour pas cher ! Il est bien entendu possible de le remplacer par un modèle type VSR10 de votre choix.

 

Le canon interne en laiton mesure 97mm pour un diamètre de 6.09mm.

 

Un renfort métallique au niveau de la glissière permet de la protéger contre une usure prématurée lorsque l’arrêtoir vient la bloquer.

 

Le blowback housing et le nozzle ici.  Pour déposer l’ensemble il faut retirer la vis cruciforme située à l’arrière. Cela permet également de remplacer la hausse en cas de casse.

Personnellement, toutes mes hausses de Glock Marui ont cassé tôt ou tard…

 

Pour sortir le BBH il ne faut pas avoir peur de plier légèrement la glissière.

 

Et voilà ! On peut voir que la plaque arrière est une pièce à part.

 

La tête de piston est en caoutchouc. Le cylindre est un modèle large de 15mm de diamètre.

 

Et voilà le travail, il ne vous reste plus qu’à tout nettoyer, lubrifier et remonter !

 

 

 

 

-Chronographe WoSport.

-Gaz ATM 110 PSI.

-Billes bio Xtreme Precision 0.20g et bio Airsoft Surgeon 0.25g.

 

C’est sans surprise que la réplique développe bien moins de 300 FPS avec un gaz même un peu plus puissant que celui préconisé par Marui. Le recul est honorable sans être surpuissant mais le cycle se fait très rapidement, on peut enchainer les coups sans souci.

Une charge de gaz permet de tirer entre 2 et 2.5 chargeurs. Le hop-up fonctionne très bien et lèvera de la bille assez lourde. Je me suis contenté de 0.25 mais j’étais très loin du réglage maximal. Les trajectoires sont tendues et un bon tireur pourra toucher une cible à plus de 50 mètres.

Je suis passé directement de 5 à 20 mètres car c’est la distance à laquelle j’ai commencé à un peu plus disperser. Cela dit, à part à cause de quelques petits coups de doigts, mes cibles n’ont pas eu beaucoup de répit.

 

Je vous laisse voir quelques résultats en vidéo :

 

 

 

Je n’ai pas été surpris par ce Glock17 car j’avais déjà le 19 et je savais que Marui reprendrait un système équivalent en y ajoutant quelques améliorations, ici par exemple, un petit coup de peinture sur la canon externe qui s’avère toutefois un peu fragile.

La boite est bien remplie et nos chers Umarex et Cybergun feraient bien d’en prendre de la graine, surtout lorsqu’on regarde les tarifs…

On a enfin un G17 Marui qui rentre dans nos holster CQC sans modification et la nouvelle partie pneumatique procure de belles sensations et de bonnes performances.

Si vous voulez un G17 GEN4 fiable et performant en sortie de boite, cette réplique est pour vous, d’autant plus qu’il est quasi-certain que les marques de pièces détachées habituelles ne tarderont pas à sortir des pièces de remplacement.

Et si vous n’aimez pas le plastique, Detonator fait déjà une glissière en aluminium qui coûte plus cher que la réplique 😉

Pour ma part j’attends les GEN5 avec impatience…

N’hésitez pas à partager vos expériences avec ce G17 en bas de page !

Vous pouvez désormais me soutenir en suivant CE LIEN.

 

 

-Bonne mise à jour technique du Glock 17 Marui.

-Boite bien remplie.

-Performant en sortie de boite.

-Dimensions correctes.

-On commence déjà à voir des pièces détachées d’autres marques.

 

 

-Une génération de retard.

-Peinture du canon externe fragile.

-J’attends de voir si la hausse se fend comme sur mes G17/22 successifs…