Review Rossi Redwing Series

 

 

21 octobre 2020.

 

Si Rossi est une marque réputée dans le monde de l’airgun et de l’armement, elle se met seulement à l’airsoft. Pour l’occasion, j’ai été contacté par la marque et par 0.20 Magazine pour tester la série de pistolets Redwings sur base 1911.

Redwings est le nom d’une opération menée par les forces américaines en Afghanistan et dont le film Lone Survivor (du sang et des larmes) s’est inspiré. On est d’accord, ça n’a rien à voir avec ce style de réplique mais ils ont décidé de “surfer” sur ce genre de nom, comme vous pourrez le voir lors de la review de leur gamme d’AR-15…

Je vous propose donc de jeter un œil sur cette production chinoise (qui sort certainement des mêmes chaines d’assemblage que les répliques Vorsk et Raven) et de vous en faire une idée plus précise.

Vous pouvez désormais tipper (même gratuitement et autant de fois que vous le voulez, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

Si vous l’avez loupée, voici une nouvelle opportunité de voir la vidéo de présentation :

 

 

Si vous voulez tout savoir sur l’historique du Colt 1911, c’est par ICI.

 

 

La boite en carton est assez classe. On y retrouve le logo Rossi en surimpression brillante.

 

A l’intérieur, tout est bien calé dans une coque en mousse souple.

La boite contient :

-La réplique. Fabriquée en majorité à base d’aluminium, elle mesure 238 mm pour une masse de 550 grammes sans le chargeur (700 grammes avec).

-Un chargeur long à gaz pouvant emporter 34 billes.

-Un schéma éclaté de la réplique.

-Un nozzle de rechange.

-Une tige-guide dédiée à l’utilisation au CO².

-Une pochette de joints de chargeur.

 

 

 

 

La réplique a été dessinée par le studio de design espagnol Jay Combat Tech.

Composée majoritairement d’aluminium, elle est légère et maniable. Les différents contrôles sont facilement accessibles.

 

Faites tourner la réplique à l’aide de votre souris. 

 

Il n’y a quasiment pas de marquages sur cette réplique. La glissière est pourvue de larges ouvertures qui contribuent à faire chuter la masse de la réplique.

A l’arrière de la glissière, on retrouve le logo du designer.

 

Le numéro de série propre à chaque Redwing est gravé sur la carcasse.

 

Les motifs géométriques des plaquettes de crosse sont raccord avec le reste de la réplique.

 

Le bouton d’éjection du chargeur est un modèle classique.

 

Un anneau permet de fixer une dragonne à la réplique.

 

L’avant et l’arrière de la crosse n’ont pas la même texture.

 

Un cran de sûreté ambidextre est situé de chaque côté de la glissière. Il ne peut être actionné que si le marteau est à l’arrière (ou à l’armé).

 

Le marteau est un modèle “squelette”.

 

Une sûreté de paume (appelée queue de castor) est également présente et empêche la réplique de faire feu si elle n’est pas actionnée.

 

Le pontet est classique, il est relativement étroit. La queue de détente courbée est munie d’orifices pour gagner encore un peu de poids.

 

Un rail est usiné sur l’avant de la carcasse. Attention, toutes les lampes ne sont pas compatibles avec ce type de profil de rail.

 

L’arrêtoir de glissière est un modèle court. Il est fonctionnel sur cette réplique.

 

Le canon externe reçoit un revêtement doré.

 

L’inscription du calibre de l’arme réelle y est gravée.

 

Le canon externe est taraudé. Un adaptateur est fourni dans la boite, il permet d’installer des accessoires type traceur ou modérateur de son en 14mm antihoraire (CCW).

 

 

 

Les organes de visée rappellent les organes type Novak mais ne disposent pas des points blancs facilitant la visée.

 

Cependant, la visée reste rapide à prendre.

 

 

 

Le chargeur à gaz est un modèle long dans lequel j’ai pu caser 35 billes. La réplique fonctionne également avec les chargeurs CO². Elle peut fonctionner avec la plupart des chargeurs type 1911 Marui et assimilés.

 

J’ai eu quelques problèmes d’alimentation car de la limaille bloquait les billes. Certaines marques avaient également tendance à se bloquer en quinconce.

 

 

 

Pour déposer la glissière, alignez la demi-lune présente sur cette dernière avec l’excroissance de l’arrêtoir et poussez sur l’axe de l’arrêtoir.

 

La glissière peut désormais sortir par l’avant.

 

La lubrification est minime, n’oubliez pas de bien nettoyer et graisser dès la sortie de boite.

 

La tige-guide et le ressort récupérateur ne sont pas solidaires, attention au ressort qui gicle ! Le guide possède un trou qui permet de le glisser sur le bloc hop-up.

 

Il est possible d’ajouter une tige-guide avec une rondelle et un second ressort pour les joueurs souhaitant utiliser des chargeurs CO².

 

Et puisque l’on parle du hop-up, voici la molette de réglage.

 

Lorsque vous sortez la tige-guide et le ressort récupérateur, vous pouvez également sortir le guide avant.

 

 

 

 

Cela permet de faire tourner le barrel bushing et de sortir le canon externe.

 

On peut ensuite désolidariser le canon externe et l’ensemble canon interne/hop-up.

 

La patte d’appui est large mais elle est un peu trop souple. Elle se tord lorsqu’on actionne la mollette, cela réduit la plage de réglage et peut occasionner du side spin (lift latéral) à moyenne et longue distance.

 

Deux vis maintiennent le bloc fermé.

 

Une fois ouvert, on constate que l’amplitude de réglage de la molette n’est pas grande.

 

Le joint type VSR10 Marui est relativement souple, il dispose d’un bourrelet classique.

 

Le canon en laiton mesure 113 mm pour un diamètre de 6.03mm.

 

 

 

Le cylindre (nozzle) est en plastique noir. Il est monté sur ressort.

 

Pour déposer le blow-back housing (BBH), il faut ôter cette grosse vis.

 

Ici par contre ils n’ont pas oublié la graisse ! On peut déposer la hausse si on le souhaite.

 

Rossi nous a mis un second nozzle dans la boite, il est identique à celui d’origine. Ont-ils anticipé d’éventuelles casses ?

 

En cas de fuite sur le chargeur, des joints de rechange sont fournis dans la boite.

 

Il ne vous reste plus qu’à tout nettoyer et remonter !

 

 

 

 

-Chronographe WoSport.

-Green gaz Redwolf Airsoft Surgeon, Ultrair et CO².

-Billes 0.20g Bio Xtreme Precision et 0.25g Bio ASG Open Blaster.

 

Les résultats avec le chargeur d’origine sont très aléatoires, la vélocité varie assez fortement. On ne retrouve pas ce phénomène avec un chargeur CO² ni avec un chargeur Marui. Cela dit, vous pourrez apporter votre Redwing sur n’importe quel terrain sans trop craindre de vous faire refouler.

Le recul est standard au gaz mais si vous passez au CO² ça devient massif ! J’espère que la mécanique supportera ce traitement !

Comme je l’avais prédit, les performances du hop-up sont assez médiocre dès que l’on dépasse les 15-20 mètres de distance. La patte trop souple appuie peu et en biais sur le joint, occasionnant du side spin et nous empêchant d’utiliser des billes plus lourdes que du 0.20g.

Il s’agit certainement d’un défaut de ma réplique de test mais je préfère rester transparent avec vous. Je vous laisse commenter en bas de page si vous avez eu ce genre de problème ou non.

 

Je vous laisse regarder mes tests de tir :

 

 

 

Pour le prix demandé, Rossi nous offre une réplique plutôt bien finie et une boite remplie des accessoires nécessaires au bon entretien du Redwing.

Le design épuré permet de gagner en poids et les différents aménagements nous poussent forcément à accessoiriser la réplique plus que de raison !

On peut également utiliser les Redwings avec les chargeurs Marui et compatibles, ainsi qu’avec des chargeurs CO² pour les plus inquiets d’entre vous.

Le hop-up de ma version est cependant peu efficace dès que l’on dépasse le 0.20g et la grande inconnue reste la capacité de cette gamme de réplique à bien vieillir dans le temps.

N’hésitez pas à commenter en bas de page et à nous raconter vos expériences avec ces répliques Rossi Redwing.

Vous pouvez désormais tipper (même gratuitement et autant de fois que vous le voulez, c’est magique !) mon contenu au travers de CE LIEN ! Merci de votre soutien !

 

-Look sympa.

-Très léger.

-Pièces de rechange dans la boite.

-Possibilités d’accessoiriser sa réplique.

-Compatible avec les chargeurs 1911 Marui et assimilés gaz et CO².

 

-On verra comment ça vieilli…

-Billes qui remontent parfois mal sur mon chargeur.

-Hop-up peu efficace.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.