Review P90 standard Cybergun

 

1er mai 2021.

 

Le P90 est un succès commercial surprenant dans le monde de l’airsoft. En effet, on pense immédiatement au duo M4/AK et le reste est bien souvent oublié.

Heureusement, Tokyo Marui est là pour proposer des choses plus exotiques et surtout pour se faire copier par la concurrence !

C’est donc avec joie que j’ai reçu la nouvelle réplique de P90 standard de chez Cybergun grâce à Destockage-games.

En effet, je préfère cette version au fameux « tri-rail », mais encore faut-il que le point rouge soit de bonne facture…

Je vous propose de jeter un œil à ce P90 histoire de vous faire une meilleure idée de la bête. Les fans de Stargate SG-1 apprécieront surement…

 

Voici la vidéo de déballage si vous l’avez loupée :

 

 

 

Voici un article sur le P90.

 

 

La réplique est livrée dans une boite en carton. Le couvercle est bleu et comporte le logo de la Fabrique Nationale Herstal sur le dessus et le logo Cybergun sur la tranche.

 

A l’intérieur, la réplique et ses accessoires sont bien maintenus dans une coque en mousse compacte.

On y trouve :

-La réplique. majoritairement composée de plastique et d’alliage, elle mesure 500 mm pour une masse de 2170 grammes.

-Un chargeur mid-cap de 71 billes.

-Une batterie MiMh  8.4V 1100mAh.

-Un chargeur de batterie.

-Une tige de nettoyage.

-Un ressort supplémentaire.

-Un speedloader de 90/100 billes.

-Un manuel d’utilisation.

 

 

 

 

Je ne vous ferai pas l’affront de vous dire que je trouve ça laid, mais le P90 n’est pas ma réplique préférée lorsqu’il s’agit du design…

Cela dit, c’est une réplique extrêmement maniable et très agréable à utiliser tant sa compacité et l’accès aux différents contrôles sont plaisants.

Le receveur inférieur est fabriqué en ABS et le receveur supérieur est en alliage.

 

Les marquages FNH sont moulés de chaque côté du receveur inférieur.

 

 

On retrouve également le nom de l’armurier belge sur le côté gauche de la réplique.

 

Le numéro de série est gravé au laser sur le receveur supérieur.

 

L’origine de fabrication est mentionnée sur chaque receveur.

Ici au niveau du levier d’armement droit.

 

Et là au niveau du port d’éjection.

 

Voici la crosse du P90. C’est un bloc rectangulaire légèrement adouci sur le dessus car il faut bien pouvoir y poser sa joue lorsqu’on épaule.

La plaque de couche est démontable pour pouvoir installer la batterie. Elle se déverrouille via un petit bouton situé sous l’arrière de la crosse.

 

Un énorme porte-fusible des années 90 prend place sur les câbles d’alimentation. Une prise mini Tamiya complète l’ensemble.

 

La trappe d’accès à la molette de réglage du hop-up est située au niveau de l’emplacement de la main forte.

 

A l’avant de la réplique, un second emplacement permet de glisser le pouce de la main faible sans impacter l’action sur le queue de détente.

 

Le sélecteur de tir ambidextre possède 3 positions. Safe , 1 et Automatique.

 

Un levier d’armement est présent de chaque côté de la réplique. Ces pièces n’ont aucune utilité mais on peut tout de même les faire coulisser vers l’arrière.

 

Pour déverrouiller le chargeur, actionnez les deux boutons latéraux et tirez le chargeur vers le haut et l’arrière.

 

Les billes viennent tomber ici-même dans le bloc hop-up.

 

Le compensateur est en alliage. Son profil est légèrement biseauté.

 

Si vous souhaitez le démonter, n’oubliez pas de défaire cette petite vis au préalable.

 

Il est monté sur le canon externe via un filetage au pas de 14mm antihoraire (CCW).

 

Une bague est également présente sur le canon externe.

 

Il n’y a pas de rail latéral du côté gauche.

 

Par contre, à droite, on pourra installer un accessoire compatible Picatinny, tel que lampe, laser ou lance-grenade !

 

 

 

 

Le P90 classique embarque un viseur point rouge alimenté par deux piles AAA non fournies. Les lentilles utilisées ont un effet déformant assez gênant pour bien acquérir une cible.

De chaque côté, il y a un système de secours permettant aux droitiers comme aux gauchers de tirer même sans piles.

 

Il est possible d’influer légèrement sur les réglages en site et en gisement par l’intermédiaire de deux grosses vis.

 

Ici on voit la grosse vis ainsi que le compartiment à pile, situé à l’avant.

 

L’interrupteur est lui situé sous l’ensemble. Il y a 3 positions : OFF – faible intensité – forte intensité.

 

 

 

 

Certainement ma pièce préférée sur ce P90, le chargeur mid-cap en plastique est très joli avec ses fausses cartouches de 5.7mm !

Il peut contenir environ 70 billes.

 

On peut y voir des marquages de capacité réelle et du calibre des vraies munitions utilisées dans le P90.

 

 

 

 

Le démontage du P90 est très rapide.

Pour séparer le receveur supérieur du receveur inférieur, actionnez ce petit bouton et faites coulisser le receveur supérieur vers l’avant.

 

On peut voir ici le système de tringle qui vient appuyer sur le contacteur de détente de la gearbox.

 

Pour retirer l’ensemble hop-up/canon interne, prenez le receveur supérieur.

Puis, poussez le bloc hop-up vers l’avant et imprimez une rotation pour le sortir de son logement.

 

N’oubliez pas de remettre les ressorts lors du remontage.

 

Le bloc hop-up ne respire pas la qualité… Il fait son travail mais parait vraiment grossier.

 

Pour ôter le circlip de verrouillage du canon, il faudra gratter un peu de colle.

 

Puis c’est au tour de la molette de réglage d’être déposée. On peut voir la spirale qui vient faire varier la hauteur de la patte d’appui.

 

Et voilà l’ensemble démonté !

 

Le joint est un joint « BAX » qui était cher à Cybergun… A votre place, je changerais ça rapidement par un joint de meilleure qualité…

 

Il y a une fine gorge à l’avant du canon, peut-être pour y glisser un joint torique pour gommer le jeu, mais là, rien…

 

Le canon en laiton mesure 261mm de long pour un diamètre de 6.05mm. Il est lisse mais n’oubliez pas de le nettoyer.

 

Il est temps de retirer la gearbox. Pour se faire, ôtez les deux petites vis cruciformes de la patte de maintien.

 

Puis retirez la patte doucement.

 

La gearbox peut désormais être retirée sans difficulté du corps de la réplique.

 

Et voici un P90 en pièces !

Pour remonter, procédez à l’inverse.

 

Voici la gearbox V6 de ce P90. Comme le reste de la réplique, elle semble grossièrement fabriquée.

 

Malheureusement, il n’y a pas moyen de changer le ressort rapidement. Ouvrons !

En bas de la photo, vous pouvez remarquer le « point » de colle qui bloque la vis de réglage moteur.

 

Commençons par déposer le contacteur de détente en ôtant les 3 vis repérées sur la seconde photo ci-dessous.

 

Puis on fait coulisser la languette vers l’avant.

 

 

Il reste cette vis à enlever pour pouvoir sortir la cage moteur de la gearbox.

 

Aucune indication n’est visible concernant le type de moteur utilisé.

 

Avant de désolidariser les deux demi-coques de la gearbox, je bloque le guide de ressort avec un tournevis fin pour que rien ne saute lors de l’ouverture.

 

Perdu ! Ca a sauté quand-même !

 

Normalement ça doit ressembler à ça :

 

Le guide de ressort dispose d’un roulement.

 

J’en profite pour enlever le tappet plate et son ressort. Cela dégage l’accès aux engrenages.

 

Le graissage est … grossier. Cela dit, le calage des engrenages n’était pas trop mal.

 

Les engrenages sont en acier, le sector gear n’est pas équipé d’un retardateur (delayer). Ils sont montés sur des bushings en métal.

 

Seule la dernière dent du piston est en métal, le reste est en plastique. La tête de piston est également en plastique. L’étanchéité était bonne sur mon modèle.

 

Le cylindre dispose d’un orifice permettant d’avoir un volume d’aire expulsé qui est adapté à la longueur du canon. La tête de cylindre est en plastique à l’exception du petit tube sur lequel le nozzle coulisse. Ce dernier est en laiton.

 

Le nozzle en plastique mesure 20.47mm.

 

Profitez-en pour nettoyer, lubrifier de façon adéquate et vérifier le calage de tous les éléments.

 

 

 

Il n’y a pas d’éclaté avec cette réplique.

 

 

-Chronographe WoSport.

-Billes 0.20g Bio Xtreme Precision et 0.25g bio Airsoft Surgeon (Redwolf).

-Batterie NiMh 9.6V 1100mAh et LiPo 7.4V 1400mAh

 

La réplique sort 376 FPS avec le ressort installé dedans et 310 FPS avec le ressort de la boite. Autant vous dire que j’ai laissé le ressort le plus faible dans la réplique pour pouvoir jouer sans problème en CQB.

La cadence de tir n’est pas folle mais avec 12 billes par seconde, c’est largement suffisant pour sortir un adversaire récalcitrant. La réactivité est dans la norme de ce que l’on peut attendre pour une réplique équipée d’un contacteur classique et d’une tringle.

L’action sur la queue de détente doit être ferme pour que le coup parte. Attention à la visée, les lentilles du point rouge déforment la cible.

Comme je m’y attendais, le joint d’origine est plutôt médiocre. Jusqu’à 30 mètres j’ai pu toucher régulièrement mon mannequin, mais au delà ce fut un peu plus compliqué. La bille plongeait malgré un réglage au maximum.

Une fois le joint changé (ici par un G&G vert), j’ai pu engager ma cible à 47 mètres de manière régulière même à 310 FPS.

 

Je vous laisse voir cela en vidéo, tous les tirs sont effectués à bras francs en « condition de jeu » :

 

 

 

Ca fait plaisir de voir un P90 standard, surtout à un prix plus doux que les concurrents.

Mais le prix est justifié par la faible qualité globale de la réplique. Les plastiques et les alliages sont quelconques, les composants internes basiques et il faudra passer par la case « amélioration » pour pouvoir en profiter pleinement.

La visée est un peu impactée par le profil bombé des lentilles mais cela reste jouable si la luminosité est bonne.

La boite bien remplie permet d’aller jouer rapidement sans faire beaucoup de frais et Cybergun a même eu la bonne idée de mettre un ressort moins dur pour que l’on puisse jouer partout. Malheureusement, la gearbox n’est pas équipée d’un système de changement de ressort rapide.

Et j’en profite pour placer un petit coup de pub pour Airsoft Skinzone à qui j’ai envoyé cette réplique pour qu’il puisse développer un kit de personnalisation. Vous pouvez profiter de 10% de réduction avec le code « colletagommette » (je ne suis pas commissionné).

J’espère que cette review répondra à la plupart de vos questions et pourra vous aider à y voir plus clair.

N’hésitez pas à commenter en bas de page pour nous raconter vos expériences avec ce P90.

 

 

 

-Une alternative moins chère au P90 Standard Marui.

-Maniabilité.

-Facile à démonter.

-Boite bien remplie.

-Présence d’un second ressort…

 

-…mais toujours pas de système de changement de ressort rapide.

-Joint de hop-up peu efficace.

-Système de point rouge qui semble fragile.

-Point rouge peu exploitable à cause d’un effet loupe assez dérangeant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.