Review Poseidon Punisher 3

 

04 septembre 2022.

 

Tout le monde connait les GBB Poseidon ainsi que leurs pièces permettant de pallier aux problèmes de cooldown, leurs joints, leurs canons etc.

Mais il y a déjà quelques temps que la marque taïwanaise propose une gamme d’AEG.

C’est grâce à Rémy de l’équipe Poseidon France que j’ai pu avoir accès en avant-première à l’époque au Punisher 3, une réplique type AR-15 qui cible les petits budgets tout en proposant quelques fonctionnalités sympathiques.

Voyons voir tout cela en détails afin que vous puissiez vous faire une idée de ce qui se cache derrière ce nom agressif !

 

Je vous propose de voir ou revoir la vidéo de présentation :

 

Il s’agit d’un lanceur sur base d’AR-15.

 

 

La boite cartonnée est ornée du logo Poseidon. Il faut faire glisser l’interne hors du carton.

 

La réplique et ses accessoires sont bien engoncés dans une coque en mousse compacte.

On y trouve :

-La réplique. Constituée de polymère et de métal, elle mesure entre 710 et 800 mm et pèse 2410 grammes.

-Un chargeur pouvant contenir 180 billes (BB).

-Un manuel d’utilisation.

-Une clé Allen.

 

 

 

Cette série de répliques propose un corps en nylon fibré et un garde-main en alliage. Les manipulations sont de ce fait facilitées par la faible masse de la réplique.

Comme il s’agit d’une base type AR-15, la prise en main et le placement des contrôles sont bons. La réplique existe également en beige.

 

Le corps dispose de marquages fantaisistes faisant un résumé des caractéristiques principales du Punisher.

La devise de Poseidon prend place sur le receveur supérieur.

 

Enfin, du côté droit, on retrouve le logo de la marque et le modèle de réplique.

 

Le sélecteur de tir 3 positions est ambidextre. Notez le numéro de série gravé juste devant.

 

Le logo M-lock est présent sur le garde-main.

 

La crosse est constituée de plusieurs pièces en plastique. Un bouton latéral permet d’en régler la longueur. Les tiges de la crosse sont en métal.

 

On peut ôter la crosse afin d’accéder au compartiment à batterie.

 

Bon point, la réplique est câblée en T-Dean large par défaut.

 

La partie fixe de la crosse dispose d’un emplacement pour y fixer une sangle.

 

La poignée pistolet est confortable. Les motifs du grip sont agréables, ils permettent une bonne prise en main sans être agressifs.

 

La queue de détente a un profil typé « sport ». Le pontet est assez imposant pour permettre de tirer avec des gants.

 

Le bouton d’éjection du chargeur est rectangulaire. Il n’est pas ambidextre.

L’arrêtoir de culasse n’est pas ambidextre non plus et il n’est pas fonctionnel.

 

Le profil du levier d’armement est sympa, il n’est pas ambidextre.

 

Lorsque l’on tire dessus, cela fait reculer la fausse culasse pour donner accès à la molette de réglage du hop-up.

 

Le long garde-main de ce modèle est en alliage, il est pourvu de 8 faces dont 7 sont équipées de ports M-lock.

 

Le compensateur est vissé sur le canon externe via un filetage de 14mm antihoraire (CCW).

 

Le Punisher embarque des organes de visée type « flip-up » en polymère. Des crans de « secours » sont présents lorsque les organes sont repliés, la visée n’est pas facile mais ça dépanne.

Le guidon peut-être ajusté en hauteur via une molette.

 

Quant à la hausse, elle dispose de deux œilletons de taille différentes et peut être ajustée en dérive.

 

La visée est claire et rapide.

 

 

 

Le chargeur en polymère est un mid-cap pouvant emporter 180 billes (BB). On est d’accord, 180 billes c’est presque du hi-cap…

 

 

 

Il est grand temps de démonter le Punisher (en même temps, il a l’habitude ^^).

Commençons par la méthode de changement de ressort. Une vis maintient le support de crosse au corps de la réplique, dévissons-la !

 

Nous avons alors accès au guide de ressort. Une lame large, un quart de tour et le guide s’en va ! Le changement de ressort prend moins de 3 minutes !

 

Le guide est en métal, il est équipé d’un roulement à billes.

 

Pour accéder au canon interne et au bloc hop-up, il faut enlever la grosse goupille à l’avant du receveur.

 

Puis séparer la réplique en deux.

 

 

 

Le bloc en plastique est équipé d’une molette radiale.

 

Le canon en laiton dispose d’une extrémité évasée pour améliorer la stabilité de la bille. Pour moi, il ne s’agit pas d’un canon Poseidon « air cushion »

Canon Poseidon air cushion :

Voici le hop-up démonté.

 

 

Le joint semble classique, il s’agit peut-être d’un Poséidon mais difficile de vérifier…

En tout cas le bourrelet ne ressemble pas à ça :

 

Le canon en laiton mesure 310mm pour un diamètre de 6.065mm sur mon exemplaire. Là encore, ça n’a rien à voir avec les canons de la marque…

 

Au passage, attention à ne pas perdre l’arrêtoir lors du démontage.

 

Continuons avec la dépose du moteur. Le capot est maintenu par 2 vis Allen.

 

 

Aucun indice ni étiquette n’est présent pour déterminer les caractéristiques du moteur axe long.

 

Au tour de la poignée pistolet d’être démontée.

 

Puis au bouton d’éjection du chargeur…

 

Enfin, il faut retirer les deux leviers du sélecteur de tir ainsi que la grosse goupille arrière et la fine goupille située au dessus de la queue de détente.

 

Il sera peut-être nécessaire de placer un outil dans le trou de la goupille pour pouvoir dévisser la vis.

 

Encore un joli puzzle ! Continuons avec l’ouverture de la gearbox V2.

 

Avant toute chose, voici des photos du placement correct des engrenages du sélecteur de tir.

 

Les coques sont propres, les moules ne doivent pas être vieux ^^. On peut remarquer un selector plate en métal ainsi que les capteurs optiques de position.

 

Aller, c’est parti, on enlève les engrenages et l’axe du sélecteur de tir.

 

Ôtons ensuite les vis du tour de gearbox.

 

Et voilà… Je dois dire que les couleurs surprennent ^^

Cependant, l’étanchéité et le calage étaient bons dès le départ. La gearbox n’est pas trop lubrifiée.

 

L’interne est aussi propre que l’externe. On découvre le module électronique de détente (ETU).

 

Un plus gros plan sur le logo Double Eagle à moitié effacé.

 

Le piston 14 dents en plastique bleu pastel est équipé d’une petite crémaillère en acier comportant 3 dents. Ce sont elles qui encaissent le plus de contrainte en début de cycle.

 

La tête de piston est en plastique jaune. Elle est assez basique et dispose de petits trous qui aident le joint à venir au contact de la paroi du cylindre lors du lâcher du piston.

 

Le cylindre est en métal, il est percé afin que le volume d’air soit adapté à la taille du canon interne.

 

La tête de cylindre est en plastique bleu. Elle est équipée d’un support de nozzle en laiton.

 

Le tappet plate est en plastique jaune. Le mélange des couleurs est assez… spécial dirons-nous ^^.

 

Le nozzle en plastique transparent mesure environ 21.3mm. Il ne dispose pas de joint torique interne.

 

Les engrenages ont l’air d’être en acier frité. Ils semblent solides. Un delayer en plastique équipe le sector gear.

 

Jetons un œil sur le module électronique. Les soudures sont protégées par un film plastique sur lequel on devine une moitié de logo représentant un rapace (suivez un peu, je vous ai dit plus haut que c’était le logo de Double Eagle !).

La plaque supérieure peut être ôtée en faisant attention à ne pas plier les pattes.

 

Le « Trident Electronic control system » est équipé de capteurs optiques pour la queue de détente, le sélecteur de tir et le sector gear. Faites bien attention de ne pas mettre trop de graisse lors de vos entretiens car les capteurs sont sensibles à la saleté.

Il permet de passer en burst de 3 billes et il y a un réglage de sensibilité de queue de détente sur deux niveaux. En plus de cela, il protège vos batteries et le circuit électrique. Tout est expliqué dans le manuel d’utilisation.

 

Il ne vous reste plus qu’à nettoyer, lubrifier et remonter !

 

 

Il n’y a pas d’éclaté dans la boite.

 

 

-Chronographe AceTech BT6000.

-Batterie LiPo 11.1V 900mAh 30C et LiPo 7.4V 1500mAh 25C.

-Billes bio Airsoft Surgeon 0.20g et bio ASG Blaster 0.28g

Le ressort d’origine sortait 440-450 FPS, un peu trop pour nos contrées et ça faisait peiner le moteur. J’ai installé un ressort permettant de tirer à 350 FPS à la 0.20 pour pouvoir jouer partout.

Je suis également passé de la LiPo 7.4V à la 11.1 (à l’époque je n’avais pas de 11.1 assez courte ^^). La cadence de tir s’en voit également améliorée, passant de 9 billes par seconde à 12.5 bps, ce n’est pas terrible mais largement suffisant si vous jouez à l’airsoft de manière normale…

La réactivité est également meilleure, bref, de base et en version « Taiwan », ce n’était pas top.

Le hop-up fait son travail mais sur une réplique Poseidon, j’aurais aimé un combo joint/canon Poseidon… Cela dit, je n’ai pas eu de version commerciale entre les mains pour voir s’ils avaient finalement respecté leur fiche technique…

Sur cible à 350 FPS j’ai utilisé de la bille 0.28 car j’avais un peu de vent. Les résultats sont corrects et toucher une cible à 50 mètres ne devrait pas être un problème.

 

Je vous laisse voir cela en vidéo :

 

Je ne sais que penser de cette réplique Poseidon.

Pour moi, la plus-value d’acheter une réplique sur base Honey Badger Double Eagle aurait été d’avoir un combo joint-canon Poseidon. Sur mon exemplaire, ce n’est clairement pas le cas et c’est bien dommage car, à part ça, l’utilisation de cette réplique est agréable.

La présence d’électronique embarquée permet l’accès à quelques fonctions dont on se passe mais protège le circuit électrique. Le moteur aurait gagné à être moins poussif mais pour tirer en semi c’est largement suffisant.

Bref, avec son interne correct et ses fonctionnalités, le Punisher est une réplique d’entrée de gamme acceptable pour qui ne voudrait pas trop dépenser. A vous de voir si cela peut servir vos intérêts airsoftiens ^^

L’espace commentaires est toujours ouvert sous cette page pour que vous puissiez réagir et nous raconter vos histoires avec le Poseidon Punisher !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à parcourir les liens ci-dessous pour aider l’Antre. Merci.

🔫 Mes patches et occases : http://lantredudingo.com/index.php/les-occases-du-dingo/
🤑 Utip : https://utip.io/lantredudingo
🤑NaturaBuy : https://bit.ly/3DEIjym
👕 Goodie shop de l’Antre : https://shop.spreadshirt.fr/100047058/
🔫 https://www.airsoftskinzone.com/ : Bénéficiez de 10% sur tous les articles avec le code « COLLETAGOMETTE »
🤑 Evike Europe, Profitez de 15% de réduction avec le code ding15 : https://evike-europe.com
🤑 Lien affilié Olight (économisez 10% avec le code Ding10 ) : https://bit.ly/3DAgJkD
🤑Kula Tactical (7% de réduction avec le code dingchavez7 ) : https://kula-tactical.com/?ref=Lantredudingo

 

 

-L’électronique embarquée.

-Légèreté/maniabilité.

-Interne correct.

 

 

-Du Double Eagle, mais marqué Poseidon.

-J’aurais aimé un bon combo joint/canon Poseidon pour de vrai…

-Moteur poussif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.