Review Evolution Combat Recon metal

 

24 novembre 2018.

 

L’entreprise italienne Evolution International propose la gamme Evolution Airsoft. Aux côtés de quelques licences (TangoDown en tête) on trouve des répliques dédiées aux joueurs débutants comme confirmés qui cherchent un bon rapport qualité/prix et des répliques qui ne nécessitent pas de rajouter 100€ d’upgrade dès la sortie de boite.

Je commence aujourd’hui par la série “Métal” des Evolution Combat Recon. Dans une prochaine review, je vous parlerai des versions en plastique appelées “CarbonTech”.

Découvrons sans plus attendre ce qui se cache dans les entrailles de cette production signée Dytac.

 

Avant de commencer, voici un rappel en vidéo :

 

 

 

Il s’agit d’un modèle basé sur le célèbre AR-15.

 

 

La réplique est livrée dans une boite en carton aux couleurs d’Evolution Airsoft. On peut également voir le logo des “combat series”.

 

La réplique est calée dans une emprunte en carton moulé. Pas très solide mais rien n’a été cassé pendant le transport.

 

La boite contient :

-La réplique. Constituée majoritairement d’alliage et de plastique, elle mesure entre 800 et 880 mm pour une masse de 2475 grammes.

-Un chargeur hi-cap pouvant emporter 300 billes.

-Une fiche de contrôle.

-Un ressort E120 en plus du ressort E100 déjà équipé.

 

 

La gamme est composée de 13 modèles en métal.

 

 

 

 

Il s’agit ici du modèle EC17AR-T (pour Tan, beige en français). C’est la version la plus longue et la plus chère, comptez dans les 330€ en Europe.

Comme c’est une base d’AR-15, les contrôles sont placés aux endroits connus. Un des points forts de cette réplique est sa légèreté.

 

Le receveur inférieur est gravé aux couleurs d’Evolution, on retrouve également la mention RECON et un numéro de série unique.

 

Le sélecteur dispose de trois positions, SAFE – SEMI et AUTO. Les crans sont plutôt bien marqués et ne devraient pas bouger en jeu. Le sélecteur n’est pas ambidextre.

 

Du côté droit du receveur inférieur, on retrouve d’autres marquages Evolution Airsoft.

 

La poignée pistolet a une inclinaison différente des standards du genre. Elle est relativement confortable et convient à tous types de mains.

 

Côté pontet et queue de détente, on a du basique mais en métal.

 

L’arrêtoir de culasse est juste là pour faire beau, il ne verrouille pas le faux ensemble mobile lorsqu’on actionne le levier de chargement.

 

Le bouton de verrouillage du chargeur est également basique. Il n’est pas ambidextre.

 

Quant au levier de chargement, il n’est pas ambidextre non plus. Tirez-le vers l’arrière pour découvrir la molette de réglage du hop-up.

 

Outre la molette, on peut voir le cache-poussière en métal.

 

La crosse type “crane” est équipée d’emplacements QD pour y installer un anneau de sangle non fourni. Elle est montée sur un tube 6 positions pour pouvoir adapter la longueur de la réplique à votre morphologie.

 

La plaque de couche est en caoutchouc.

 

Bonne nouvelle, un double anneau est monté sur le tube de crosse, permettant l’accroche d’une sangle.

 

La plaque de couche n’étant pas amovible, il faudra ôter la crosse pour insérer une batterie stick dans le tube. On peut voir ici la prise Tamiya mini.

 

L’avant de la réplique est constitué d’un garde-main long équipé d’un rail Picatinny sur sa partie supérieure et de ports Keymode à trois, six et neuf heures. Le fait que le garde-main soit pas mal ajouré permet d’avoir une pièce légère.

 

Trois rails Picatinny en métal équipent le garde-main. Chaque rail dispose d’un emplacement QD pour un anneau de sangle.

 

Les rails peuvent être soit enlevés, soit déplacés.

 

Un cache-flamme en acier prend place sur le canon externe en métal. Il s’agit d’un pas de vis 14mm antihoraire (CCW).

 

 

 

Le guidon est un modèle flip-up en plastique. Le cran de mire peut être ajusté en hauteur.

 

 

La hausse dispose de deux peep-sights de diamètres différents. Elle peut être ajustée en dérive à l’aide d’une molette latérale.

 

La visée est intuitive et rapide.

 

Les organes de visée sont bien entendu amovibles si l’envie d’en changer vous prend.

 

 

Le chargeur type STANAG dispose d’un interne en plastique et d’une coque en acier. Il s’agit d’un modèle Hi-cap pouvant contenir jusqu’à 300 billes.

 

Pour faire remonter les billes, actionnez la roulette.

 

Les billes s’insèrent par la trappe.

 

 

 

 

Pour un changement de canon ou de joint de hop-up c’est rapide, il suffit de casser la réplique en deux. Pour se faire, ôtez la goupille avant et faites coulisser le receveur supérieur vers l’avant.

 

Retirez ensuite l’ensemble canon interne/hop-up vers l’arrière.

 

Le bloc en plastique de bonne facture est un modèle radial.

 

Le joint est au standard AEG, vous aurez l’embarras du choix si vous souhaitez le remplacer.

 

Le canon en laiton mesure 380mm de long pour un diamètre de 6.04mm. Pour info, la fiche technique fait état d’un canon de 6.01mm, j’ai remonté mes mesures à Evolution, rien n’en est sorti… Je penche pour une erreur de frappe ou simplement pour un canon qui est vendu par le fabricant en 6.01 mais fait effectivement 6.04mm…

 

Je me disais bien qu’il manquait quelque chose sur les photos précédentes, il y a un petit ressort qui se loge sur le bloc ! Il peut parfois rester coincé dans le receveur supérieur.

 

Si vous souhaitez enlever le garde-main, ôtez les 6 vis qui le maintiennent à l’écrou de canon (barrel nut).

 

On continue en retirant l’arrêtoir de culasse. Il est inactif sur cette réplique.

 

Ah mais je vous l’avais dit dans la vidéo ! La réplique possède un système de changement de ressort rapide VRAIMENT rapide ! Il suffit de dévisser le tube de crosse à l’aide d’un long tournevis.

 

Puis de faire faire un quart de tour au guide de ressort. ATTENTION : maintenez bien le tout, ça pousse !

 

On peut découvrir le guide de ressort sur roulement.

 

Le moteur dispose également d’un système de changement rapide. On presse les deux côtés de la trappe et on tire.

 

Une cale est ensuite à retirer pour accéder au moteur.

 

Le moteur ne dispose d’aucun marquages. Il s’agit d’un modèle à axe long. La fiche technique mentionne un moteur high-torque.

 

Pour retirer la poignée pistolet, il faut ôter 4 vis cruciformes.

 

On va pouvoir retirer ces deux goupilles.

 

Et enfin le bouton d’éjection du chargeur.

 

On peut alors sortir la gearbox V2 du receveur inférieur ! Voilà, le démontage est terminé !

 

Si vous souhaitez démonter la gearbox, ça n’est pas un problème. Dévissez les 9 vis du “tour de boite” et séparez là en deux. Comme vous avez retiré le ressort et son guide, rien ne devrait sauter.

 

Rien d’exceptionnel mais c’est propre. Le calage était bon d’origine, c’est déjà ça !

 

J’aime assez bien les internes de Dytac, c’est robuste et souvent bien monté. On peut voir ici le contacteur de détente qui est un modèle classique à palettes.

 

Les engrenages sont montés sur roulements de 8mm.

 

Le piston est équipé d’une crémaillère en acier. La tête de piston en ABS est un modèle anti-vide. L’étanchéité d’origine était bonne.

 

Le cylindre et sa tête en ABS.

 

Le nozzle en plastique n’a pas de joint interne, il mesure 21,26mm.

 

Le sector gear est muni d’un delayer permettant d’améliorer le cycle du nozzle et ainsi de chambrer plus efficacement les billes.

 

Les engrenages sont en acier fritté.

 

Franchement c’est propre, pas sur-lubrifié et il n’y a aucune présence de limaille dans cette gearbox renforcée.

 

 

 

Pas d’éclaté dans la boite.

 

-Chronographe XCortech X3500.

-Batterie 11.1V LiPo 1300mAh.

-Billes 0.20g bio ATM et 0.25g bio G&G.

Attention, avec le ressort E120 fourni, ça tape fort, très fort ! On flirte avec les 440 FPS alors que le ressort E100 nous sort un très chouette 330 FPS qui permet de jouer partout en France que ce soit en semi ou en full !

A la LiPo 11.1 on tourne entre 16 et 18 billes par seconde en full, c’est honorable pour ce type de mécanique. La réactivité n’est pas folle mais on parle ici d’une réplique munie d’un contacteur classique.

Le hop-up fait très bien son travail et lève les billes correctement, les trajectoires sont rectilignes et le groupement correct même lors de mes tirs en “condition de jeu”, c’est à dire debout et à bras francs, en tir relativement rapide.

 

Je vous laisse voir cela en vidéo, les tests sur cible ont été effectués avec le ressort E100 :

 

 

Evolution nous propose une gamme assez complète sur base AR-15 : différents looks, différentes longueurs et différentes couleurs mais toutes sont munies de la même mécanique qui semble solide.

Mon modèle était bien calé et bien étanche en sortie de boite et même avec la partie canon/hop-up de base, les performances sont bonnes.

Le système de changement rapide du ressort est un plus car il peut être remplacé en quelques minutes sans avoir à déposer la gearbox. Le moteur est également accessible et remplaçable rapidement et cette-fois, sans outil.

On regrettera une boite un peu vide comparé à la gamme Lone Star (mais le prix n’est pas le même) , ainsi que l’absence de licence qui donne lieu à des marquages fantaisistes, mais c’est une bonne gamme pour joueur débutant qui souhaite une réplique fiable et ne nécessitant pas d’upgrade en sortie de boite.

J’espère que vous en savez un peu plus sur cette gamme Evolution Combat Recon métal, n’hésitez pas à commenter en bas de page.

 

-Bon rapport qualité/prix.

-Bonnes performances en sortie de boite.

-Changement de ressort rapide.

-Accès rapide et sans outils au moteur.

-Interne qui semble solide.

-Gamme variée si on aime les AR-15.

 

-Boite un peu vide.

-Marquages fantaisistes.