Review Evolution Airsoft Lone Star LA-M4

 

 

07 mai 2018.

 

Il y a maintenant plus d’un an, je rendais visite à mon pote Olivier chez Airsoft&Co. Il venait de recevoir toute une gamme de répliques qu’il était le seul à avoir eu le culot de commander et de proposer. Des répliques au look sympa, avec un vrai système de changement de ressort rapide et une peinture Cerakote de série : les Lone Star Tactical de chez Evolution Airsoft.

Balbuzard90 vous a proposé rapidement une vidéo de présentation, et j’ai moi-même acheté un modèle que j’ai mis des lustres à vous présenter, mais le jour est venu de regarder ce qui se cache dans cette réplique !

 

Si vous n’avez aucune idée de quoi je parle, je vous laisse regarder la présentation sommaire :

 

 

 

Il s’agit d’une réplique d’AR-15 custom comme en fait Lone Star Armory.

 

 

On en apprend pas mal en regardant la boite en carton marron. On sait que la réplique est fabriquée par Dynamic Tactical à Hong Kong, qu’on a la licence Lone Star et la licence Hexmag, et que la réplique fait partie de la série Combat de chez Evolution Airsoft.

 

A l’intérieur la réplique et ses accessoires sont calés dans une coque en plastique thermoformé.

 

Chaque réplique est livrée avec son certificat de contrôle Evolution Airsoft.

La boite est bien pleine, on y trouve :

-La réplique. En alliage et ABS peint en Cerakote, elle mesure entre 81 et 90 cm pour une masse de 2540 grammes.

-Un chargeur Hexmag mid-cap de 120 billes.

-Un cache-flammes en plastique orange.

-Une poignée avant.

-Des organes de visée.

-Un outil de réglage du guidon.

-Une goupille de rechange.

-Un autocollant Cerakote.

-Un joint torique.

-Un set de trois rails et leurs vis.

-Une tige de nettoyage.

 

 

 

 

Il s’agit donc du modèle LA-M4, une sorte d’inspiration des modèles LVOA-C de chez WarSport au niveau du garde-main et du cache-flammes.

Ce modèle est peint en Cerakote Dark Earth (en fait je n’en sais rien, je sais juste que certaines répliques sont peintes en Magpul Tan, d’autres en KAC tan etc.) pour le corps et Cerakote Cobalt Black pour les contrôles. Certains modèles de la gamme ont un camouflage en water transfert.

 

Les marquages sont gravés sur le receveur inférieur en aluminium. Chaque réplique a un numéro de série unique, ici la 50.

 

Le sélecteur 3 positions n’est pas ambidextre.

 

On retrouve la marque italienne sur le côté droit du receveur inférieur.

 

L’arrêtoir de culasse est peint en Cerakote Cobalt Black, comme le sélecteur de tir, le bouton d’éjection du chargeur, la queue de détente et le pontet. Il n’est pas fonctionnel sur cette réplique.

 

La poignée pistolet fait penser aux productions Magpul. Elle est confortable et son inclinaison est différente des poignées classiques.

Le levier d’armement est également peint. Il s’agit d’un modèle simple.

 

Tirez-le en arrière pour faire reculer la fausse culasse et dévoiler le bloc hop-up en plastique rouge.

 

La molette est un peu molle mais la réplique ne se déréglera normalement pas en cours de jeu.

 

Le cache-poussière est en plastique épais. Il ressemble aux modèles montés sur les HK416. Par contre il est impossible de le bloquer en position fermée pour protéger la fausse culasse à l’aspect « punaise Chong, tu pouvais pas faire un truc sans angles ? C’est censé être cylindrique ! ».

 

La crosse type « SOPMOD » , comme les autres parties en plastique, a été peinte. Elle coulisse sur un tube muni de 6 positions. Un emplacement quick detach (QD) pour installer un anneau de sangle est placé de chaque côté.

 

La plaque de couche en caoutchouc ne peut pas être enlevée, il faut retirer la crosse pour accéder à la connectique mini Tamiya. Il faut utiliser des batteries stick ou changer la crosse pour utiliser des batteries deux éléments…

 

 

Le tube ne dispose pas de numéros identifiant les positions.

 

L’élément principal de cette réplique est le garde-main en aluminium usiné par machine numérique (CNC). Il est très ajouré. On peut apercevoir le faux tube d’emprunt des gaz à l’intérieur.

 

 

La partie supérieure dispose d’un rail Picatinny. Remarquez également les trous. Tout est fait pour gagner du poids, et ça marche ! A peine plus de 2,5 kilos sur la balance !

 

La continuité est bonne entre le receveur supérieur et le garde-main.

 

Les côtés et le dessous du garde-main disposent d’emplacements taraudés pour pouvoir installer des rails additionnels.

 

 

 

On peut donc équiper la réplique comme bon nous semble.

 

La poignée avant est également peinte.

 

 

Un capuchon en caoutchouc permet d’y insérer des accessoires tout en les isolant de l’humidité.

 

Le cache-flamme en acier vient se monter sur le canon externe par l’intermédiaire d’un filetage 14mm antihoraire (CCW) .

 

 

 

 

Une paire d’organes de visée mécaniques est fournie dans la boite. Ce sont des modèles flip-up en plastique.

 

Pour les monter sur le rail supérieur, il faudra ôter la vis.

 

Le guidon est muni d’une mire qui peut être réglée en hauteur avec l’outil fourni.

 

La hausse dispose de deux peep-sights. Elle peut être réglée en dérive

 

Beaucoup d’entre-vous installeront un point rouge, mais la visée est facile avec les organes mécaniques.

 

 

 

Evolution Airsoft dispose de la licence Hexmag, on a donc droit à une réplique de leur chargeur en polymère de 5.56 à nid d’abeille.

 

Il peut contenir 120 billes.

 

Le BB-follower est en plastique orange. Il ressort légèrement, on ne perd que 3 billes lorsqu’on retire le chargeur.

 

Un petit hexagone en plastique orange maintient la plaque inférieure.

 

 

 

Votre truc, c’est simplement de changer le ressort pour adapter votre réplique au terrain ? Pas de problème. Il suffit de dévisser le tube de crosse.

 

Puis de faire tourner le guide de ressort d’un quart de tour. ATTENTION : il va y avoir de la tension, maintenez bien le guide.

 

Cela permet de constater que si le corps du guide est en plastique, il est tout de même monté sur roulement.

 

Continuons le démontage. Pour séparer les deux receveurs, il faut ôter la goupille avant. Elle ne possède pas de point d’arrêt.

 

Si vous avez peur qu’elle s’en aille en pleine partie, remplacez-là par la goupille supplémentaire. Celle-ci dispose d’une vis à son extrémité.

 

Faites glisser le receveur supérieur vers l’avant.

On peut alors retirer l’ensemble hop-up et canon interne.

 

Le bloc est en plastique. Il parait en dessous du reste de la réplique au niveau qualité mais il fait son travail…

 

Le joint est assez souple et dispose d’un petit bourrelet.

 

Le rubber est un peu coupé à l’arrache en diagonale, je l’ai remplacé par un petit morceau de stylo BIC coupé droit.

 

Le canon en laiton mesure 380mm pour un diamètre de 6.04mm. Bizarre, la fiche technique mentionne du 6.01 et j’ai bien des valeurs de 6.01 sur mes canons PDI et Lambda, donc aucune erreur de ma part sur ces mesures… Du coup j’ai averti Evolution pour qu’ils se renseignent…

 

Si vous voulez déposer le garde-main, retirez au préalable le cache-flamme.

 

Puis desserrez les trois vis Allen de serrage et la vis sans tête de verrouillage.

 

On peut alors faire coulisser le garde-main vers l’avant.

 

Poursuivons en retirant l’arrêtoir de culasse comme ça on évitera de le perdre…    

 

La poignée pistolet est équipée du système Fast Detach. On appuie sur les côtés et on fait pivoter.

 

Une cale en plastique vient plaquer le moteur contre la poignée. On remarque la grosse vis de réglage.

 

C’est grâce à ce système qu’on peut installer une poignée avec un angle différent.

 

Le moteur ne comporte aucune étiquette. La fiche technique mentionne un moteur hi-torque…

 

Deux vis maintiennent la poignée à la gearbox.

 

Il faut maintenant ôter la petite goupille située au dessus de la queue de détente. ATTENTION : elle a un sens.

 

Enfin, on dévisse le bouton d’éjection du chargeur.

 

La gearbox peut être retirée du receveur inférieur. Et voilà une réplique démontée !

 

La gearbox est une V2 renforcée Dytac.

 

Elle est équipée de roulements 8mm.

 

Le ressort étant enlevé, il n’y a plus de tension dans la gearbox, on ôte les vis et on peut ouvrir sans craindre de voir des pièces voler.

 

Le calage des engrenage était bon, la lubrification se fait discrète mais est bien présente.

 

Le contacteur de détente est un modèle à chariot. Il peut être remplacé par le système ETS de chez Evolution Airsoft.

 

Le piston en polymère est équipé d’une crémaillère en acier 14 dents.

 

La tête de piston ventilée est assez basique. Le principal étant que l’étanchéité du bloc pneumatique était bonne.

 

Le nozzle en plastique n’a pas de joint torique intégré. Il mesure 21.28mm.

 

Le cylindre plein est surmonté d’une tête en plastique.

 

Un delayer est présent sur le sector gear. Il permet d’avancer le mouvement du nozzle pour permettre un meilleur engagement des billes.

 

D’après la fiche technique, les engrenages en acier sont renforcés. Je ne suis pas ingénieur en métallurgie, du coup on verra bien avec le temps…

 

Un autre plan sur les roulements à bille.

 

Ce n’est pas la gearbox du siècle mais c’est propre et bien assemblé. Ca devrait tenir le coup en utilisation normale. La réplique est certifiée « LiPo ready » mais évitez les 11.1 avec des taux de décharge de la mort…

 

 

 

Il n’y a pas d’éclaté dans la boite.

 

-Chronographe Xcortech X3500.

-Billes 0.20g Bio ATM et 0.25G bio BO Rain.

-Batterie LiPo 7.4V 1600mAh et LiPo 11.1V 1300mAh.

 

En sortie de boite, la réplique développe une vélocité de 320 FPS sur 9 tirs (une bille a touché le bord du chronographe) et une cadence de tir qui passe de 10.8 billes/seconde en 7.4V à 18 BB/s en 11.1V !

La réplique se comporte bien et le hop-up fait bien son travail. Les trajectoires semblent régulières mais lorsqu’il y a du vent comme lors de mes tests, ça va forcément disperser un peu.

En tout cas, il n’y a pas beaucoup de questions à se poser : on aligne, on tire et ça touche jusqu’à 40-45 mètres, ce qui n’est pas trop mal pour 320 FPS.

La réactivité est plutôt bonne en 11.1V mais le moteur est un peu poussif en 7.4V. Une fois l’ETS installé la réactivité est bien meilleure mais cela fait dépenser 70€ de plus…

Je vous laisse voir tout cela en vidéo :

 

Et bien c’est une chouette « découverte » que j’ai pu faire chez Airsoft&Co ! Des répliques sur base AR-15 (encore!) peintes en Cerakote et vendues avec tous les accessoires utiles, un changement de ressort qui s’effectue en moins de 5 minutes et des performances en sortie de boite qui n’ont pas à rougir.

Certes, il est étrange de trouver un cache-poussière qui ne se ferme pas, une fausse culasse pas vraiment lisse et un bloc hop-up qui parait « cheap » mais fait bien son travail, mais globalement le rapport qualité/prix de cette série Combat Lone Star Tactical est bon !

A vous de voir si la gamme composée de pas moins de 68 répliques peut convenir à vos envies ! N’hésitez pas à commenter à la suite de cet article.

 

-Boite bien pleine.

-Bon rapport qualité/prix.

-Peinture Cerakote.

-Vrai changement de ressort rapide.

 

-Bloc hop-up qui parait léger.

-Trappe cache-poussière qui ne ferme pas.

-Canon annoncé à 6.01mm