Review Tokyo Marui M45A1 CQBP

 

7 avril 2018

 

En cette fin de premier trimestre 2018, j’ai l’impression que Tokyo Marui a été vraiment productif et à priori ça va continuer !

N’étant pas particulièrement fan de Colt 1911, je n’ai pas sauté au plafond lorsque j’ai appris qu’ils allaient faire un M45A1.

Puis j’ai vu les photos…

Donc j’ai voulu la réplique…

Merci à toute l’équipe d’Impulse101 pour leur réactivité, la réplique est sortie le 24 février et je la recevais le 5 mars.

Puis il y a eu l’IWA et sa masse d’informations, du coup j’ai pris un peu de retard, mais il est temps de jeter un œil sur cette évolution du Colt 1911…

 

Si la lecture n’est pas votre fort, tant pis, mais la vidéo vous donnera déjà certains détails tandis que d’autres ne sont pas forcément exacts car ces vidéos sont là pour la découverte, pas l’approfondissement :

And if you can’t stand subtitles, you can always watch the nice review by Badabing :

 

Une fois n’est pas coutume, je vous dirige vers une vidéo de Military Arms Channel, mais voir la bête en action est tellement classe !

Et puis il y a le site de Colt ! Pas trop de détails mais vous aurez le prix du vrai…

Au diable l’avarice, voici également un article très bien documenté. Tout est en Anglais bien entendu…

 

 

Comme d’habitude la boite est très jolie. Marui est dans le thème USMC vu que le M45A1 y est en dotation, et on peut voir qu’ils ont la licence Novak pour les organes de visée.

 

Le couvercle est tapissé d’une coque en polystyrène qui maintient la réplique et ses accessoires en place. Malgré des milliers de kilomètres parcourus, tout est en parfait état. Il faut dire que l’emballage fait par Impulse101 est exemplaire.

 

Les accessoires sont contenus dans une petite boite en carton aux couleurs de l’USMC.

Au final on trouve :

-La réplique, en ABS et métal. Elle mesure 222mm et pèse 825 grammes.

-Un chargeur à gaz pouvant contenir 27 billes.

-Un bouchon de sécurité.

-Un outil de démontage du manchon de canon (barrel bushing)

-Une tige de nettoyage/débourrage.

-Deux pièces permettant de tirer à vide.

-Un sachet de billes.

-La documentation comprenant le guide d’utilisation, des cibles, des disclaimers et un éclaté de la réplique.

 

 

 

Il est là, le M45A1, tout de « desert tan » vêtu !

Bon, Marui oblige (eh oui, la loi japonaise est stricte !), c’est de l’ABS, donc si vous aimez le métal, dommage !

Mais il est beau, il est facile à manier et c’est un 1911 !

Ok, j’aime pas trop les 1911 mais ça a la cote au près des joueurs, avec un M4 en réplique longue of course…

 

Faites tourner la réplique à l’aide de votre souris.

 

Après quelques montages/démontages de ma Surefire X300 j’ai constaté des traces noires sur le rail, vu le touché assez « spécial » du plastique, je me suis demandé si Marui ne nous avait pas fait le coup de peindre la réplique en Cerakote comme sur le M4 MWS… Et comme le vrai M45A1…

 

 

Du coup j’ai versé ma larme et j’ai gratté au tournevis à un endroit non visible, à priori c’est bien teinté. Il s’agit juste d’un petit transfert de matière de ma lampe…

 

Les marquages de la glissière sont moulés, ça se voit mieux en gros plan en photo qu’à l’œil nu. Il s’agit ici de marquages de début de série (enfin, environ les 6700 premiers tout de même !), les dernières productions sont marquées COLT *** M45A1. Les trois étoiles font référence au corps des Marines.

Ici un modèle RS marqué M45A1.

 

 

Du côté droit de la carcasse, on retrouve le code UID (unique identification) présent sur toutes les armes gouvernementale depuis 2005. Il s’agit d’un code QR qui identifie l’arme grâce à un lecteur.

A ses côté on retrouve trois codes : 17V, 1P et S (serial number).

Notez que les M45A1 de l’armée sont marqués U.S. Property et que sur certains modèles les marquages de la carcasse ressortent noirs.

 

Le côté droit de la glissière comporte le marquage Colt Government model.

On peut voir le numéro de série en dessous sur la carcasse, suivi de EGA : Eagle – Globe – Anchor, les symboles de l’USCM.

Si vous avez bien suivi, je vous ai dit que seuls les 6700 premiers exemplaires étaient théoriquement marqués USCM, ici le numéro de série ne serait donc pas cohérent avec les marquages de glissière mais je chipote simplement parce que je suis tombé par hasard sur l’info en essayant de déchiffrer les marquages.

Notez également la fenêtre d’éjection au profil particulier.

 

Ici une fenêtre d’éjection de Marui 1911 Government.

En lieu et place des marquages Colt Hartford etc. on trouve les marquages Marui.

 

Le canon externe chromé reçoit les marquages RS du canon 5 pouces National Match (NM) qui équipe l’arme.

 

Les plaquettes de crosse type G10 sont relativement convaincantes, surtout fixées par ces larges vis. Elles sont un peu trop lisse comparées au vraies qui sont munies de petits picots bien plus agressifs que l’on devine ici en trompe-l’œil.

Du côté gauche, la plaquette est usinée pour favoriser l’action du bouton d’éjection du chargeur.

 

Marui ajoute des inserts en métal pour rajouter de la masse.

 

A l’arrière de la réplique, on peut voir l’anneau de dragonne ainsi que la sûreté de paume, appelée également « queue de castor ». Elle bloque la queue de détente tant qu’on ne serre pas la crosse.

 

Le bouton d’éjection du chargeur est un modèle on ne peut plus classique.

 

L’imposante queue de détente striée est similaire à celle des premiers 1911 avant qu’elle ne soit raccourcie pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Le marteau est un modèle « squelette » et le cran de sûreté est ambidextre.

 

Le rail Mil-Std-1913 Picatinny est aux bonnes cotes, plus imposantes que sur les autres modèles de Colt Rail Guns afin d’être certain que les accessoires au standard militaire soient parfaitement compatibles.

Vous ne voyez pas de trace d’injection ni de moule ? Normal, la réplique est poncée à la main avant d’être mise en boite. Ici avec le zoom on peut deviner une très légère trace au niveau de l’avant du rail Picatinny. Je ne l’ai même pas remarquée à l’œil nu !

 

Le manchon de guidage de canon ainsi que le guide avant du ressort récupérateur sont en métal gris. Le canon externe n’est pas taraudé.

 

De profondes rainures de préhension sont présentes de chaque côté de la glissière, à l’avant et à l’arrière.

 

Un faux percuteur et un faux extracteur sont moulés dans la glissière.

 

 

 

 

Tokyo Marui a collaboré avec Novak pour reproduire les organes de visée du M45A1. Le tritium est remplacé par de la peinture blanche sur ces organes de visée de combat.

 

La hausse est marquée.

 

La visée reste efficace et plus intuitive qu’avec les 1911 plus anciens.

 

 

 

A la place des chargeurs 7 coups Wilson Combat du vrai M45, on a ici un nouveau chargeur 1911 moulé de chez Tokyo Marui. Il devrait être plus efficace que les précédents…

 

La valve de remplissage est vissée sur le talon de chargeur. Talon maintenu au corps par deux goupilles. Je préfère les systèmes par vis, mais espérons que ça tienne le coup…

 

Il peut embarquer 27 billes. Les chargeurs ancienne génération fonctionnent avec le M45A1 et les chargeurs du M45 fonctionnent avec les anciens 1911 TM.

 

Si vous avez peur pour vos ongles (ou que vous n’avez pas d’ongles…) utilisez l’outil pour baisser la planchette élévatrice !

 

 

 

Le démontage s’effectue de la manière habituelle lorsqu’il s’agit d’une réplique de 1911 Marui. C’est un peu différent de la façon de démonter un vrai 1911 car on ne peut pas déposer le ressort récupérateur par l’avant en ôtant la bague de canon et le guide avant.

Il faut faire correspondre l’arrêtoir de glissière avec une encoche située sur la glissière.

 

On fait ensuite coulisser la glissière vers l’avant.

 

A vue de nez, on retrouve la mécanique des anciens 1911 dans la carcasse.

 

On peut alors retirer la tige-guide et le ressort récupérateur. La tige est solidaire du bloc hop-up, ça évite qu’elle ne s’envole lors de l’ouverture de la réplique.

 

Puis on retire le guide avant.

 

A la main ou à l’aide de l’outil, il faut faire pivoter le manchon de guidage du canon, puis le retirer.

 

Il est maintenu fermement. Une pièce en plastique noir assure un bon maintien et un jeu minime entre le manchon et le canon externe.

 

On peut alors sortir l’ensemble canon interne/externe et hop-up.

 

Pour un simple nettoyage, inutile d’aller plus loin.

 

Le bloc hop-up ne peut pas sortir du canon externe comme ça. On voit que la forme du bloc est nouvelle. Par contre l’ajustement de l’effet hop-up s’effectue toujours via une petite roue crantée.

 

Ici le bloc des 1911 précédents

 

Pour désolidariser le bloc du canon externe, il faut ôter cette vis hexagonale.

 

La vis est montée au frein-filet. Une seconde vis située du côté gauche du bloc doit être enlevée pour pouvoir ouvrir.

 

Voilà qui est fait. La patte d’appui est en acier bien ferme et assez large pour bien appuyer sur le joint.

 

Le joint est un modèle standard type VSR-10 et compagnie. Le bourrelet me semblait un peu plus long que sur les productions précédentes mais c’est difficile à rendre en photo…

 

Voici un « ancien » joint Marui à droite. Le bourrelet était plus large…

 

Le canon en laiton est un modèle classique à fenêtre ouverte. Il mesure 112mm pour un diamètre de 6.10 mm.

 

Il ne vous reste plus qu’à tout remonter ! N’oubliez pas le nettoyage et le graissage tant que vous y êtes !

 

Un renfort en métal permet à l’arrêtoir de glissière de ne pas venir buter contre la glissière en ABS.

 

Marui a revu l’architecture de la partie pneumatique. Le cylindre est plus long mais semble avoir le même diamètre et le blow-back housing (BBH) est différent des productions précédentes.

Il y a moult années j’ai pris des photos du Colt 1911 Government Marui, dont je n’ai du coup jamais fait la review. On peut voir les différences au niveau du blow-back housing et du cylindre. Par contre le renfort en métal pour l’arrêtoir de glissière était déjà présent à l’époque !

 

Une roulette, déjà présente par exemple sur l’USP, permet un cycle plus fluide et régulier. On peut noter la lubrification adéquate en sortie de boite.

 

Comme je n’ai pas voulu forcer, je vous met l’éclaté, ça permet de voir le système sans que je casse ma réplique toute neuve.

Si un jour ça me prend de tout démonter je rajouterai les photos, mes articles ne sont jamais figés si je garde les répliques…

 

 

 

 

-Chronographe Xcortech X3500.

-Gaz ATM 110 PSI et Green gas

-Billes 0.20g bio ATM et 0.25g Bio ATM.

 

Et bien ! Ca tire loin, droit et pas trop fort, un vrai pistolet Marui quoi ! Même avec du green gas (fortement déconseillé par température estivale) le chrony reste sous les 300 FPS, de quoi jouer partout sans stresser lors du contrôle de début de journée !

Certes, la queue de détente assez dure nécessite un temps d’adaptation mais une fois quelques chargeurs vidés, on commence à prendre le M45 en main.

M’est avis que vos camarades de jeu vont avoir intérêt à planquer leurs miches car il est assez facile de toucher le p’tit bout de poche ou de fesse qui dépasse !

Le recul est agréable sans être trop puissant, on est loin d’un FNS-9 par exemple et une charge de gaz permet de tirer entre 35 et 43 billes (tests sur 4 chargeurs au HFC144a).

Le hop-up lève sans peine de la 0.25 et plus, on peut donc espérer une bonne stabilité de bille tout en ayant une très bonne portée.

A 25 mètres ça reste très précis et la bille peut encore filer bien droit jusqu’à 35 ou 40 mètres.

 

Je vous laisse voir ça en vidéo :

 

Vous aurez peut-être remarqué que je désactive les commentaires depuis quelques temps sur les vidéos de tir. J’en avait tout simplement marre que les gens commentent bêtement hors contexte sans avoir lu la review…

 

Marui signe à nouveau un excellent pistolet gas blow-back et tente d’améliorer ses répliques d’années en années. N’ayant pas de modèle plus ancien sous la main, je ne saurais vous faire un comparatif mais dans mes souvenirs je ne pouvais pas tirer près de 40 billes avec le 1911A1 Government.

La qualité de fabrication et les finitions sont exemplaires, même si certains regretteront peut-être l’aspect « full plastic » et le manque de poids de la réplique. Les plus perfectionnistes iront même jusqu’à regretter l’absence ou l’incohérence de certains marquages, mais d’une part il faut le savoir, et d’autre part il faut le voir.

Pour le jeu c’est parfait, ça tire loin, droit et surtout là où on vise. Le joint et le canon peuvent être changés par des modèles plus performants sans avoir à se ruiner.

Bref, ce M45A1 devient la référence du genre au niveau jouabilité si le plastique ne vous dérange pas. Sinon il vous reste le très bon Colt Rail Gun de chez Cybergun, qui fonctionne au CO² et est en métal mais possède d’autres défauts…

A vous de voir si cette réplique peut répondre à vos attentes, en ce qui me concerne c’est le cas.

N’hésitez pas à réagir à cet article en bas de page. Quant à moi, je mettrai la review à jour si j’ai d’autres choses à vous dire. Bon jeu !

 

-Bonne réplique d’un M45A1 « civil » de début de production.

-Interne revu.

-Nouveau chargeur.

-Bonnes performances en sortie de boite.

-Qualité de fabrication et des matériaux.

-Licence Novak pour les organes de visée.

 

-Carcasse un peu souple.

-Grips un peu trop « lisses ».

-Si on veut pinailler, incohérences dans les marquages.