Review Umarex Glock 19X

 

04 mai 2019.

 

Vous n’avez peut-être pas suivi l’actualité de ces dernières années mais Glock a ENFIN donné l’autorisation à deux marques de distribuer des répliques : Cybergun (pour la France et ses territoires) et Umarex/Elite Force (pour le reste du monde…). Si Cybergun est focalisé sur le marché “défense” et n’a pas proposé beaucoup de modèles pour nous autres les gueux de civils, Umarex s’occupe des joueurs et sort de nombreux modèles. Le Glock19X est un exemple de la collaboration entre Umarex et VFC. Le géant allemand a suivi le développement de très près pour que la réplique soit validée par Glock avant commercialisation. Je porte à votre attention que cette réplique ne sera pas disponible à la vente en France.

Je dois dire que la mission est bien accomplie tant ce 19X est ressemblant au vrai. Il nous reste à voir ce qui se cache dans ses entrailles et surtout si les performances sont au rendez-vous… C’est parti !

ATTENTION : la version CO² également disponible chez Umarex n’est pas du tout la même réplique, rendez-vous en bas de page pour plus de détails…

Pour commencer, si vous souhaitez voir ou revoir la vidéo de déballage :

 

Je vous laisse aller voir directement sur le site de Glock.

 

 

 

La réplique est livrée dans une boite en carton noire et beige frappée du logo et de la “devise” de Glock.

 

A l’intérieur la réplique est emballée dans un sachet en plastique. Les accessoires sont placés dans un compartiment.

On y trouve :

-La réplique, constituée de polymère et d’alliage, elle mesure 175 mm pour une masse de 630 grammes.

-Un chargeur à gaz pouvant emporter 22 billes.

-Un patch en PVC.

-Une clé Allen.

-Un manuel d’utilisation.

 

 

 

Le Glock 19X est un crossover, c’est à dire un mélange entre une carcasse de Glock17 et un canon de Glock 19. On a la maniabilité du 19 en gardant la prise en main et la capacité en munitions du 17.

La plupart des éléments des Glocks GEN 5 sont présents sur le 19X.

La réplique est effectivement maniable avec une bonne prise en main. Les contrôles sont bien placés et il n’y a rien de superflu.

 

Faites tourner la réplique à l’aide de votre souris. 

 

 

Ici quelques clichés en compagnie d’un Glock17 GEN 4 VFC et d’un Glock19 GEN3 Cybergun/VFC.

 

La compacité du canon du 19…

 

… et la carcasse full size du Glock17.

 

La peinture couleur coyote semblait résistante au premier abord mais après une journée dans un holster certains angles commencent déjà à perdre de leur superbe… Les marquages sont fins et conformes à ceux du vrai Glock19X.

 

Ici le marquage des Glocks américains.

 

Un numéro de série générique est gravé sur la glissière et sur le canon externe.

 

Le canon externe en métal reçoit les marquages de calibre réel et des proofmarks. Son revêtement n’est pas très résistant et partira assez vite sur l’avant de la fenêtre.

 

Chaque produit sous licence Glock doit passer l’épreuve de la validation chez l’armurier autrichien. Ici le test est bien passé !

 

Le logo est également sur le côté gauche de la crosse.

 

Le grip RTF GEN4 est bien saillant, offrant une bonne prise en main.  Il n’y a plus d’emplacement pour les doigts à l’avant du coup la prise en main est adaptée à tous les joueurs. Si l’arme réelle est livrée avec 4 dosserets (backstraps) supplémentaires, Umarex n’a pas jugé bon d’en mettre dans la boite. Dommage…

 

J’ai cependant testé avec mes dosserets du Glock 17 VFC et cela fonctionne, si le bi-ton ne vous dérange pas bien entendu… Les dosserets de vrai Glock GEN 4 ont un peu plus de mal à prendre place sur cette crosse.

 

Une lèvre vient à l’avant du puits de chargeur, rendant les chargeurs GEN5 incompatibles avec le 19X à part si vous ôtez le talon de chargeur…

 

Cette lèvre permet une bonne intégration du chargeur.

 

Un anneau de dragonne amovible est installé à l’arrière de la crosse. Il peut être retiré.

 

Si vous préférez ce look par exemple…

 

Le bouton d’éjection du chargeur est un modèle imposant introduit avec la 4e génération. Je vous montrerai comment le changer de côté lors du démontage de la réplique.

 

L’arrêtoir de glissière est désormais ambidextre. Il est fonctionnel sur cette réplique et se mettra en branle une fois votre chargeur vidé.

 

Pas de changement au niveau du pontet et de la queue de détente. On retrouve la sûreté type “safe action”.  Contrairement aux précédentes productions VFC, il n’a a pas de point dur ni de grattement intempestif.

 

A l’avant un rail Picatinny est toujours présent. ATTENTION : J’ai dû un peu forcer pour insérer ma lampe Surefire X300U.

 

L’avant de la réplique est tout aussi réaliste que le reste avec son canon externe polygonal et le canon interne qui se confond dans la masse. Et bien entendu la tige-guide façon GEN4-5 !

 

Et grande nouveauté sur les Glocks VFC, le réglage du hop-up s’effectue avec une clé Allen que l’on insère dans la tige-guide et que l’on fait tourner. Comme sur le HK45CT.

 

 

Les organes de visée ont bénéficié du même soin de fabrication que le reste de la réplique. Il est juste dommage que les points ne soient pas phosphorescents comme sur l’arme…

A l’avant le guidon est muni d’un point blanc. On y retrouve des marquages Glock.

 

A l’arrière, exit le “U” blanc et place à deux points. La hausse possède également des marquages Glock.

 

La visée est conforme à la plupart des armes de poings modernes.

 

 

 

Le chargeur à gaz peut contenir 22 billes. La plupart des chargeurs de G17 “type” Marui sont compatibles si vous utilisez le bouton d’éjection du chargeur en mode droitier.

 

Les marquages Glock et la capacité réelle du chargeur sont bien entendu moulés sur ce chargeur d’airsoft.

 

Le talon est également siglé Glock. Il faut le faire glisser vers l’avant pour accéder à la valve de remplissage.

 

Ici côte à côte avec un chargeur Marui.

 

Et ça rentre ! Et ça tire !

 

 

 

 

Le démontage est conforme aux autres Glocks à bille. Baissez le bouton de verrouillage de la glissière et faites-la glisser vers l’avant.

 

Les deux ressorts récupérateurs sont solidaires de la tige-guide. On voit ici le système de roue de réglage du hop-up. Il est bien entendu possible de la faire tourner à la main si vous avez oublié la clé Allen !

Pour le démontage il est nécessaire de placer l’encoche de la roue en direction du haut de la glissière, c’est à dire à l’opposé de celle montrée sur cette photo.

 

Une cale en plastique prend place à l’avant de la glissière.

 

On peut alors ôter l’ensemble canon externe/canon interne/hop-up.

 

On distingue une encoche sur le canon externe. Peut-être que VFC avait prévu de mettre un ressort comme sur le FNX-45 ou le FNS9.

 

Ici une vue de la roue de réglage positionnée sur le bloc.

 

La roue fait bouger un levier qui à son tour actionne une bague qui vient appuyer sur le joint.

 

ATTENTION : si vous montez le levier à l’envers vous perdez tout effet hop-up !

 

Le joint est muni d’une longue surface d’appui qui ma foi s’avère assez efficace une fois la réplique bien réglée.

 

Les joints type VSR/GBB Marui sont compatibles avec ce Glock.

 

Le canon interne est très léger, je ne sais pas vraiment de quelle matière il est composé. Il mesure 86mm pour un diamètre de 6.04mm.

 

Voici l’ensemble canon/hop-up au complet.

 

Le guidon est maintenu par une vis comme sur le vrai Glock.

 

A l’arrière nous pouvons déposer la hausse en démontant la vis qui maintient le blow-back unit (BBU).

 

On peut voir qu’il s’agit d’une pièce déjà existante qui a été modifiée pour la réplique.

 

La hausse coulisse ensuite sur le côté.

 

Et on peut retirer la partie en plastique et le BBU de la glissière.

 

Comme vous pouvez le constater il s’agit d’une pièce originalement conçue pour le G18C. Si vous souhaitez retirer le nozzle, enlevez le ressort de rappel soit en dévissant la mini vis, soit en le retirant du blow-back housing (BBH).

 

Il s’agit du même profil que sur les FNS-9 et autres H&K VP9 de la marque. Du coup il est difficile de trouver des pièces compatibles en cas de casse ou de tentative d’upgrade.

 

Le faux extracteur peut être également retiré.

 

Intéressons-nous maintenant à la carcasse et son contenu.

La barre de verrouillage de glissière est maintenue par un ressort hélicoïdal qu’il va falloir soit ôter, soit comprimer avant de faire glisser la barre sur le côté.

 

Puis on ôte la grosse vis à l’avant…

 

…et la petite vis à l’arrière.

 

Enfin, on retire la goupille avant et la goupille arrière avant de faire sortir l’interne.

 

ATTENTION : ne perdez pas ce ressort sinon votre réplique ne fonctionnera plus…

 

Voici l’ensemble queue de détente et “trigger bar” (connecteur de détente).

 

Ici la platine avant et l’arrêtoir de glissière.

 

Au remontage assurez-vous que le ressort soit disposé comme ceci :

 

Sur la gauche de la photo on voit bien les emplacement des ressorts. A l’avant pour la barre de déverrouillage et à l’arrière pour le ressort d’arrêtoir de glissière.

 

ATTENTION : on a vite fait de remonter le ressort de la trigger bar à l’envers.

 

Il se monte comme ceci. Pour plus de facilité, insérez la boucle du ressort sur la trigger bar puis l’autre extrémité sur le bloc détente.

 

Si vous souhaitez changer le bouton d’éjection de chargeur de côté, ôtez la tige en métal, inversez le bouton puis remettez la tige.

 

Bien entendu vous n’êtes pas obligé d’en arriver là 🙂 . Remontez en procédant à l’inverse et en n’oubliant pas de lubrifier les parties sensibles.

 

 

Il n’y a pas d’éclaté dans le manuel.

 

 

-Chronographe Wosport.

-Billes 0.20g bio Xtreme Precision et 0.25g bio ASG Open Blaster.

-Gaz ATM 130 PSI et ASG Ultrair.

Pour commencer on pourra prendre le Glock19X sur tous les terrains. Avec une moyenne de 275 FPS de vélocité on ne risque pas de faire trop de trous dans les copains.

Mais basse puissance ne rime pas avec performances bridées. Le hop-up fait très bien son travail et lève même de la bille assez lourde. Le profil du joint assure des trajectoires rectilignes et régulières à partir du moment ou le vent n’est pas de la partie comme ce fut le cas le jour de mes tests…

Le recul est sec, le cycle rapide et une charge de gaz permet de tirer 5 charges de billes. Certes la puissance baissera petit à petit mais le cycle s’effectue correctement jusqu’à la fin.

Globalement il sera possible de toucher un camarade de jeu à 35-40 mètres sans trop forcer. Au delà il faudra se concentrer, la bille tombant aux environs des 50 mètres.

 

Je vous laisse voir tout cela en vidéo :

 

 

 

Umarex signe-t-il le meilleur Glock airsoft du marché avec ce 19X ?

J’aurais tendance à dire que c’est le meilleur choix pour cette gamme de prix au vu de la différence de qualité comparé aux modèles précédents mais pour une raison inconnue il n’y a pas de dosseret additionnel dans la boite… Avec moins de budget j’opterais pour un G19 Marui.

Avec plus de budget, je me ferais un custom sur une base de carcasse Guarder nouvelle génération comme celle que vous pouvez voir sur la vidéo de Vince un peu plus bas.

Ce qui ne change pas par contre, c’est que si vous n’être pas sensible au look parpaing des Glocks, le 19X ne vous fera certainement pas plus envie que les anciens modèles.

En tout cas ça tire droit, loin, le recul est très marqué et les finitions sont quasi parfaites, ce qui pour moi marque une réussite de cette collaboration entre Umarex et VFC.

Seuls points négatifs outre le fait que le 19X ne sera jamais mis en vente en France, j’ai toujours un doute sur la capacité et d’Umarex, et de VFC à assurer un suivi en cas de casse ou autre problème.Quant à la fiabilité, seul le temps saura nous dire ce qu’il en est…

Dans tous les cas j’espère que cette review répondra à la plupart de vos questions. N’hésitez pas à commenter en bas de page et à partager vos expériences.

 

 

-Réplique fidèle.

-Bon recul.

-Performances en sortie de boite.

-Bonne autonomie.

-Nouveau système de hop-up.

-Fonctionne avec les chargeurs de G17 Marui/WE/VFC.

-Fluidité de la détente et du cycle.

 

-Quid de la disponibilité des pièces en cas de casse.

-Y a-t-il un SAV chez Umarex et un suivi chez VFC ?

-Pas de dosseret additionnels.

-Points des organes de visée non phosphorescents.

 

 

EDIT du 24 novembre 2019 :

 

Suite au retour d’un abonné je vous poste des photos de la version CO². En effet il ne s’agit PAS d’un simple échange de chargeur mais d’une réplique TOTALEMENT différente !

Merci à Juntaho Kibagami sur Facebook pour les photos !

Pas de hop-up réglable, architecture propriétaire et démontage quasi-inutile car peu réaliste. Il s’agit d’une toute autre architecture. Attention donc à ne pas prendre la review ci-dessus pour acheter la version CO² !